Champigny s/ Marne

Avoir peur pour sa vie

72

Bonsoir à tous, pas de "bonchouran" rigolo comme d'habitude, j'ai l'impression que ça sonnerait terriblement faux. Pareil pour les emojis... Je vous écris le jeudi 10 novembre mais vous ne me lirez que le vendredi 11 novembre (je le précise pour que vous ne vous perdiez pas). J'ai hésité toute la journée concernant cet article, l'écrire ou ne pas l'écrire ? J'ai décidé de me laisser totalement porter par mes envies et de voir si ça viendrait. Et en fin de journée, c'est venu. Je ne sais pas encore, au moment précis où j'écris, quel est son but réel. Dénoncer ? Me décharger ? Demander inconsciemment du soutien ? Qu'on me rassure ? Je vous assure, je sais pas, mais mon blog a toujours été une échappatoire, et je réalise que même si j'écris moins mes humeurs, ça n'a pas changé.  

Je trouve réellement énervant de devoir justifier le fait qu'on ressente le besoin de partager nos peurs, nos maux, nos appréhensions. Comme si sur un blog ou les réseaux sociaux tout devait être lisse, parfait, marrant. Pourquoi ? Sachant que la vie ne l'est pas constamment ? Le premier réflexe des gens clairement malsains, c'est de crier à "l'appel de la pitié", pire encore, de dire que se confier cache une "recherche de gain de followers" ou je ne sais quoi. Alors qu'il y a plus peut-être tout simplement quelque chose de plus grave qu'on garde en nous : la peur, la solitude, l'angoisse, le besoin d'être entendus, rassurés, et j'en passe. Partager fait du bien à beaucoup, que ça dérange ou non. Que ça ne soit pas assez mal placé pour être vrais à vos yeux ou non.

J'espère, pour vous avant tout, que vous ne faites pas partie de ces amputés du cerveau et du cœur, qu'il reste un peu d'humain en vous. Sinon vous pouvez partir, je vous y invite avec plaisir. Je vous ouvre la porte même.  Pour les autres, je vous remercie d'avance du fond du cœur de lire ce qui va suivre, de me lire, et de croire en mes mots. Si vous me lisez souvent, vous savez que j'aime structurer mes articles, j'ai donc essayé de faire au mieux comme c'est assez long. J'ai essayé de couper les paragraphes par des titres. Je trouve que ça fait très "romancé" mais ça facilite et aère la lecture. J'ai besoin d'écrire, de partager, de dénoncer, alors tant pis pour la forme.

Source : Pinterest

L'AVANT

Mercredi 9 novembre, Paris. Il était tard, aux alentours de 22h30-23h, je ne m'en souviens pas exactement, et je sais que j'ai écrit 22h30 sur Twitter (vous comprendrez après) parce que je pensais qu'il était cette heure-ci, mais il devait en réalité être bien plus proche de 23h. Je l'ai compris parce que j'ai tweeté une pensée à 22h36, j'ai posté quelques snaps où on me voit marcher à 22h33 (je les ai sous les yeux) et je sais que c'est arrivé un peu après. Ce n'était pas ma journée, j'avais une petite forme, une accumulation de petits tracas faisant que ça n'allait pas comme d'habitude. 
J'ai passé toute la journée sur Paris avec ma cousine pour l'aider pour un projet. Nous avons fini dans un café proche de Gare de Lyon, et j'avais prévu de rester travailler un article comme je n'avais pas eu le temps en journée. Sauf que le temps est passé très vite et que j'ai fini de travailler vers 22h. En sortant, il faisait nuit noir, il faisait froid, et il pleuvait à torrent (oui on m'a aussi dit que j'inventais la pluie, on ne doit pas vivre sur la même planète et mes snaps postés ce soir-là doivent être des montages #dumbass)

Source : Pinterest

PENDANT

L'AVENUE


Je me suis abritée le temps que ça se calme, et j'ai réalisé que j'avais besoin de marcher un peu, avant de rentrer. Je vous avoue que je n'ai pas songé au fait qu'il était tard, parce que j'avais juste besoin de m'aérer, ça n'allait pas. J'ai pris un bus, qui m'a déposé quelques stations plus loin vers le Marais. En marchant, j'ai à chaque fois pris soin de ne pas prendre une ruelle non éclairée, qui me faisait flipper, et où il n'y avait personne, ni passants ni voitures. Je me suis déjà faite agresser il y a plusieurs années, dans les transports, et même si ça date, je garde une certaine peur en moi et je n'ai jamais confiance. Pourtant, oui, ça ne m'empêche pas de sortir tard et de vivre, parce que je refuse de vivre dans la peur. Du moins je refusais.

Je vois face à moi une grande avenue, très bien éclairée, et surtout avec plein de voitures qui passent en continue. Il s'agissait de la rue Saint-Antoine (je l'ai trouvé aujourd'hui, vous allez comprendre). Je décide donc de m'y engager, pour aller prendre les transports, je commençais à fatiguer. Je vois au loin un groupe d'hommes, je les compte, ils sont cinq. Je sens mon cerveau s'activer, je me sens jamais safe dans ces moments-là. Et c'est d'ailleurs triste à écrire. On finit par se croiser, ils passent leur chemin. Et là, derrière eux, un homme encapuchonné qui semblait être avec eux, mais en retrait. Il marche doucement, on se croise, et au moment de se croiser, il ralentit, et s'arrête pour me fixer. Je sens une gêne et une appréhension monter en moi, mais je ne baisse pas les yeux, sans non plus mal le regarder. Je le dépasse, et presse le pas.


L'HOMME

Il pleut vraiment fort, je marche vite, et d'un coup, je sens mon cœur se serrer : j'ai l'impression d'entendre des pas derrière moi, de sentir une présence. Mon ventre se serre. Il faut savoir que j'ai une nature assez angoissée, surtout à ce sujet, j'ai souvent peur qu'on me suive, ou même qu'on nous suive quand je suis dehors avec mon copain. Du coup, je me demande si je n'hallucine pas comme souvent. Je n'arrive pas à savoir si j'entends bien des pas, je me dis qu'il faut que je m'arrête. Je fais toujours ça en cas de doute. Je fais souvent mine de faire mon lacet, de répondre à quelqu'un, ou de voir quelque chose qui m'interpelle et me fait m'arrêter. 
Un peu plus loin, je vois une vitrine très très éclairée (c'était même une boutique Palladium je m'en souviens). Je m'y dirige rapidement, commençant à sentir la peur monter, et je fais mine de regarder. Je laisse passer environ une minute qui me semble être une éternité, et je tourne lentement la tête vers la droite, en direction de là où se trouvait le mec. Presque persuadée que je le verrai s'éloigner au loin. Et là, je sens mes tripes se serrer : il m'a suivi, et il se trouve à quelques mètres de moi, très silencieux.

LE RAPPROCHEMENT

Il me fixe, d'un regard réellement vide mais agressif. Il a retiré sa capuche. Je sais reconnaitre quand quelqu'un a bu, je pense qu'à force de vivre en région parisienne on s'y est tous habitués, et il n'a pas du tout cet air là, il se tient très droit, très conscient. Je sens mon cœur battre la chamade parce que je n'arrive pas à le cerner, je me reprends, je rassemble mon courage, je serre les poings, et lui dis en tenant le regard "qu'est-ce que vous voulez ?!". Le mec ne me répond pas, et fait un pas vers moi, sans arrêter de me fixer, sans émettre un son. Je ne sais pas comment vous expliquer, mais son regard était comme décidé. Comme si peu importe ce que je pouvais dire, ça ne le frôlait même pas. Je recule et lui dis "ARRÊTEZ DE ME SUIVRE !". Il se rapproche encore. Je lui répète d'arrêter en m'en allant à grands pas, très rapides.

J'accélère le pas en sentant mes larmes monter, il n'y a absolument pas une seule personne sur mon trottoir, ni au loin, ni sur celui d'en face. Évidemment. Je balance ma tête rapidement pour regarder derrière moi, et c'est là que j'ai réellement eu peur pour ma vie : il marchait aussi vite que moi, l'air toujours aussi froid et décidé. Sauf que cette fois, je suis certaine de voir dans son regard une certaine expression de supériorité, comme si réellement, j'étais à lui. Ses yeux semblaient réellement me rappeler que j'étais seule dans cette rue, sans aide. Je sais que c'est cliché, mais il avait l'air satisfait, pas pressé, très sûr de lui. Comme si j'étais à lui. Et c'est comme ça que je me suis sentie. À lui. Je lui crie de s'en aller et je décide de me mettre à courir, j'ai l'impression d'être dans un film d'horreur, ça parait irréel, et je me sens terriblement seule. Je regarde en arrière et m'aperçois qu'il n'est plus très loin, alors sans réfléchir, et sans voir d'autre solution, je me jette sur la route, malgré les voitures qui passent. Plutôt me faire renverser que de le laisser me toucher.

LES VOITURES

Je me mets face aux voitures qui m'aveuglent à moitié, les mains en l'air pour faire signe aux gens de s'arrêter, en larmes. Je remonte au milieu des voitures, qui klaxonnent et ralentissent pour me contourner, sans s'arrêter. Le mec me fixe, tout en remontant la rue depuis le trottoir, lentement. Je suis loin de lui mais j'ai encore plus peur. Je suis paniquée. Je hurle, j'explose, et je décide d'y aller franchement, alors je me stoppe devant une voiture. Le gros 4x4 ralentit et dévie, avec une dame brune dedans. Je cours vers sa vitre, qu'elle baisse à peine, je ne sais pas par quoi commencer tout se bouscule dans ma tête et la voiture ne s'arrête pas, j'ai peur qu'elle me prenne pour une folle alors je lui montre l'homme du doigt et je n'arrive qu'à crier "aidez-moi !!". Elle m'insulte sans que je comprenne distinctement ce qu'elle dit et elle s'en va. Je retourne la tête vers le mec, qui se dirige maintenant sur la route. J'ai l'impression d'être en train de cauchemarder ça me parait impossible.

Je marche entre les voitures, je n'ai plus aucune honte tellement j'ai peur. Un homme (j'ai le souvenir d'un taxi mais je ne suis pas certaine) au téléphone ralentit, et s'arrête à mon niveau. Je sens mon asthme monter je suis à bout, je fonce jusqu'au niveau de la vitre sans regarder l'homme qui me suit, en larmes je lui dis "aidez-moi je vous en supplie", je pleure plus que jamais je n'arrive pas à me contrôler. Il éloigne son téléphone de l'oreille, énervé, dérangé, et me demande "quoi ???", je reprends mon souffle et lui crie "un homme me suit j'ai peur, s'il vous plait", je le lui montre du doigt, certaine d'être sauvée. Erreur. Il jette un regard à l'homme qui nous fixe sans ciller, et me répond blasé "je peux rien faire". Je sais que ça parait irréel, moi-même j'ai encore du mal à y croire, mais c'est ce qu'il m'a dit. À ce moment-là j'ai eu l'impression d'être offerte en pâture, je me suis imaginée battue, violée, enlevée, morte, en quelques secondes.

Je reste au milieu de la route, perdue, trempée, gelée, tellement paniquée que je ne sais même plus où je suis limite, j'ai l'impression d'y être depuis des heures alors que seulement quelques minutes se sont écoulées depuis que je m'y suis jetée. Je n'arrive pas à me calmer. L'impression que tout est fini. Il me fixe comme s'il savait que j'allais revenir sur le trottoir parce que personne ne m'aide. Et au moment où je décide de marcher à nouveau malgré les voitures qui klaxonnent et me frôlent, il presse le pas, depuis le trottoir sur lequel il est visiblement remonté. Et il n'y a toujours personne près de nous. Je supplie les voitures, j'arrive à en toucher certaines, je tape même du plat de la main contre une autre. Rien.
Alors je tente une dernière fois, cette fois je hurle à l'aide, je tends les bras en signe de stop, et je me retrouve face à un taxi qui s'arrête. J'ai la sensation que c'est ma dernière chance. Je me calme au maximum, tremblante, il baisse la vitre. Il me demande ce qu'il y a, la vitre à moitié baissée, je n'arrive même pas à voir complètement son visage. J'ai peur qu'il s'en aille alors je fonds en larme à nouveau, je lui montre l'homme du doigts, je lui explique, et le supplie de m'aider. Il semble hésitant, il jette un regard à l'homme qui nous fixe tranquillement, et il me dit "monte ma fille".




L'APRÈS

LE BESOIN DE RACONTER

Il démarre, et roule. Le mec nous fixe jusqu'à ce qu'on ne puisse plus le voir. J'explose littéralement dans la voiture, je tremble, choquée. Je ne réalise pas. Le monsieur ralentit, se met en warning, et s'arrête plus loin. Il me dit quelque chose du genre "calmez-vous ma fille je suis là et il ne vous fera rien maintenant". Je suis tellement paniquée que pendant une seconde je me demande si ce n'est pas lui aussi un fou, s'il ne va pas m'enlever, je reste paniquée. Il continue "quel âge avez-vous?" puis "où voulez-vous que je vous emmène ?". Puis "vous avez l'âge de ma fille, n'ayez pas peur, vous avez eu de la chance ce soir vu son visage et surtout son regard il y avait quelque chose de pas net". Je me sens un peu plus rassurée. "C'est très grave que les gens ne se soient pas arrêtés ma fille" me dit-il quand je lui explique. Il me raconte ensuite en repartant à quel point il faut être prudente, qu'il ne faut pas être dehors la nuit, et je n'ai pas la force de lui répondre que ce n'est pas à moi de ne pas être dehors quand il fait nuit.

Pendant qu'il me parle, j'ai un réflexe presque automatique. Je ne sais pas pourquoi, je prends mon téléphone, et je me mets à écrire sur Twitter. Je repense au fait que tous les témoignages que je croise et qui me marquent, de filles qui ont été harcelées, agressées, et pire, je les vois sur Twitter. Et je pense au choc que cela me fait, à chaque fois, de lire ça de façon aussi directe, et non via un magazine ou une émission, les mots de la victime. Et je pense au soutien qu'on leur envoie dans la seconde.
Alors, sans réfléchir, j'écris tout. Et cela me fait presque du bien. J'ai peur d'oublier des détails, et je me dis que cela m'aidera. Je n'entends pas la voix du conducteur, je n'entends pas non plus ma voix intérieure censée relire et dicter ce que j'écris, j'ai l'impression de ne pas être là. J'écris en pleurant, fort, je me demande ce qui se serait passé "si", je ne pense même pas au conducteur ni à la honte que je pourrais ressentir normalement. Tout réécrire me fait paniquer, tout remonte et le conducteur me dit en blaguant que "ça lui fait trop mal au cœur de me voir comme ça, et qu'il va devoir me faire descendre si je continue". Je finis d'écrire, et j'appelle instinctivement G. , qui panique lorsqu'en décrochant, il m'entend fondre en larmes.


LA CRISE

En rentrant, après avoir expliqué ce qu'il s'était passé au papa de G. qui m'a vu effondrée en ouvrant la porte (tout est remonté en sortant du taxi), je monte dans la chambre.  Et là, une fois la porte fermée, j'explose. Je reste par terre, en boule, et je raconte tout en boucle, encore, encore, encore, et encore. G. a beau essayer de me calmer, me prendre les mains, je ne m'arrête ni de pleurer, ni de répéter que j'ai peur. D'extérieur j'avais sûrement l'air d'une folle.. La dernière fois et surtout la seule fois où j'ai fait une telle crise de panique, c'est quand j'ai perdu ma tante. Et j'ai eu l'impression d'être dans ce même état incontrôlable, inconsolable. Je répète "ils m'ont laissé, ils m'ont laissé" en parlant des gens dans les voitures, j'ai l'impression que jamais je ne pourrai sortir à nouveau. Il faudra presque une heure pour que je me calme, épuisée, avec un mal de tête intense, les yeux bouffis et rougis.


LES RÉSEAUX SOCIAUX

Couchée, épuisée par la peur que je ressens encore sans comprendre pourquoi, je lis les réactions sur Twitter. Et je décide de partager mes tweets sur ma page Facebook. Sans trop savoir pourquoi, mais je le fais. Une vague assez immense de soutien nait, je ne m'attendais absolument pas à ce que mes tweets prennent autant d'ampleur. Mais je me doute que des haineux finiront par venir, c'est toujours comme ça sur Twitter.

Le lendemain, donc aujourd'hui, c'est le choc. Je tiens à vous rassurer d'une chose : je suis normalement assez piquée/touchée quand des personnes réagissent violemment face à un partage sérieux sur les réseaux. Ça ne dure pas, mais sur le coup, ça me fait souvent un quelque chose. Et cette fois, bizarrement, sans que je comprenne comment c'est possible, je suis restée totalement imperméable face à la pluie d'insultes qu'il y a eu. Totalement. J'ai l'impression que je suis encore tellement choquée de ce qu'il s'est passé hier, que ça me parait totalement dérisoire. J'ai l'impression de voir ça de très très loin, de façon inatteignable. Je remercie mon cerveau pour ce mécanisme qui a sauvé mon moral, et je l'invite à le faire plus souvent !

Mais si rien ne m'a effleuré, touché, ou piqué, ça m'a en revanche énormément choqué. Parce que j'ai repensé à la jeune fille que j'ai pu être dans mon adolescence, à celle que j'ai été il y a deux ans aussi, à savoir extrêmement fragile car en plein deuil naissant, et au mal monstrueux que ça m'aurait fait. Et à ce que ça aurait pu me pousser à faire. J'ai pensé aux jeunes, aux victimes de harcèlement, insultés, moqués, harcelés sur les réseaux sociaux, qui en viennent à se suicider. Et j'ai compris.
En une journée, en s'appuyant ce que j'ai réussi à compter (et je n'ai pas fini), j'ai reçu tous réseaux sociaux confondus plus de 2500 messages de soutien, ce qui est incroyable. En privé, en public, sur Facebook, Twitter, Instagram, par mail, partout. De tout le monde. Et contre ça, environ 150 à 200 messages haineux, insultants, menaçants. C'est beaucoup moins, certes, mais ça me semble déjà trop, surtout vu leur violence.
Je comprends pourquoi beaucoup de victimes ont peur de raconter et de dénoncer. Aussi bien sur Internet qu'en vrai, croyez-moi la différence n'est pas si énorme entre les deux (et oui, l'excuse du "oui mais c'est Twitter" me semble ridicule, trop facile). C'est ce qui m'a encore plus motivé à le faire, et c'est ce qui m'a littéralement poussé à écrire cet article. Je vais vous montrer quelques screens, chaque message vient d'une personne différente. Les pseudos sont masqués, loin de moi l'envie de mener une vengenance ou une gueguerre, je tiens à dénoncer, et à vous montrer, parce qu'on a parfois du mal à croire que des gens puissent réellement écrire des choses comme ça.
Je remercie enfin du fond du cœur tous ces gens dénués d'humanité et d'éducation d'avoir pris de leur temps pour m'aider à alimenter mon article. Si gentils. Je précise aussi que seulement 2 ou 3 filles font partie des auteurs de tous ces tweets, étonnant, n'est-ce pas ?









LES SENTIMENTS

Après avoir vécu ça, je me suis sentie folle. Folle parce que ça me semble tellement irréel que j'ai du mal à réaliser. Folle parce que je sais qu'il n'est pas allé au bout de ce qu'il comptait sûrement faire et que je me demande si ma réaction de choc est normale. Je n'arrête pas de me demander "et si le taxi ne s'était pas arrêté ?".. En boucle. La vérité, c'est que ce n'est pas normal, et que je n'ai pas à vivre ça, qu'il soit allé au bout de ses idées ou non, je crois que c'est déjà trop.

J'ai aussi eu honte, de ressentir le besoin de le partager, de l'exposer au plus grand nombre, puis j'ai réalisé que c'était humain. Et que si mon blog était mon métier, c'était en quelque sorte un devoir que de partager ce genre de choses. Je le vois comme ça.

J'ai aussi eu l'impression d'avoir une position de menteuse à un moment, de devoir prouver des choses alors que je ne dois rien à personne. De mentir sur les intentions du mec "oh mais il ne te voulait peut-être rien", je sais ce que j'ai vu dans ses yeux, et ce que j'ai ressenti. J'ai été harcelée ce soir-là, et même ça, j'hésite à l'écrire.

J'ai eu un sentiment de culpabilité, l'impression d'avoir mal agi aussi. Moi qui répète sans cesse que je ne comprends pas qu'une victime puisse penser que c'est de sa faute, j'ai compris. Les gens ne pensent pas à ce qu'est la VRAIE PEUR, la peur pour SA VIE, et te demandent "pourquoi tu n'as pas appelé la police ?", "pourquoi tu n'as pas couru ?". Comme si mon cerveau fonctionnait de façon tout à fait calme et normale à ce moment-là.

Et tous ces sentiments sont nés à partir du moment où j'ai accordé du temps aux réactions des gens, alors j'ai vite arrêté, j'ai aussi bloqué avec grand plaisir chaque personne virulente et donc inutile. J'ai ressenti leur rage, sûrement parce que mon tweet a pris beaucoup d'ampleur, leur besoin de tout démonter, de me trouver un tort : "tu mens", "tu l'as cherché", "tu n'as qu'à pas sortir la nuit", "tout ça pour des RT". C'est grave, hein ? Encore merci mon cerveau, de m'immuniser pour une fois.

J'ai peur, aujourd'hui, j'ai annulé mes rendez-vous, tout ce que je devais faire en journée, parce que je ne suis pas prête pour sortir. J'ai peur, c'est vrai. Et je n'ai jamais eu aussi peur de ma vie. Je sais que tout cela existe, que le harcèlement de rue existe, que les fous rôdent, mais le choc a été un retour à la réalité très violent. Et j'ai du mal, pour aujourd'hui, à me sentir en sécurité. Des fois j'ai des sursauts de peur qui me font fondre en larmes. Mais ça passera. Je ne vais pas m'enfermer des jours durant, arrêter de partager, mais pour aujourd'hui, je ne peux pas. J'écris cet article, et même là, j'ai la sensation d'être un peu folle, de ne pas être... légitime ? Alors qu'au fond de moi je sais que la question ne se pose pas. Qu'un traumatisme ne nait pas forcément d'un coup physique, et que psychologiquement, je suis chamboulée. Il me faudra du temps, mais je ne me tairai pas, je ne supprimerai pas mes tweets, je ne m'empêcherai pas de finir et de publier cet article.



QUE DEVONS-NOUS FAIRE ?

C'est la question qui m'a hanté cette nuit, et qui me hante encore. La triste vérité, c'est qu'il n'y a pas de secret, ni de réponse miracle je crois. On ne peut pas empêcher en un claquement de doigts ces actes. Mais on peut agir pour faire prendre conscience aux gens de la gravité des choses.

En parler, premièrement, le partager au maximum, et tant pis pour les jugements, l'incompréhension, et peut-être la honte. On m'a répété que j'étais courageuse d'en parler, et je réalise que c'est sûrement vrai. Dénoncez si quoique ce soit vous arrive, ne minimisez pas par peur qu'on vous dise que "ce n'est rien".

Réaliser que vous n'êtes pas seules : lisez ce Tumblr, ce site, ou encore ce Tumblr. Non, ce n'est pas normal, non vous n'êtes pas seules, non nous ne sommes pas folles d'avoir peur de sortir.

Ne pas avoir peur d'appeler la police. J'ai pour ma part appelé aujourd'hui le commissariat du 4ème arrondissement pour faire un signalement (cela s'est passé rue Saint-Antoine je l'ai retrouvé en cherchant la boutique devant laquelle je m'étais arrêtée).

Être (hélas) prudentes et méfiantes , surtout à la nuit tombée. Ça me tue de devoir écrire ça, mais c'est une réalité. On ne devrait JAMAIS devoir revoir nos sorties parce qu'il est possible que quelqu'un s'en prenne à nous, mais il le faut, au moins un minimum. Notre société actuelle est tristement dominée par l'homme et clairement malsaine à souhait, elle nous y oblige. Et j'espère que cela changera. Je vois pour ma part du changement depuis quelques années, de plus en plus de femmes osent parler, dénoncer, et ça fait réfléchir, j'en suis certaine.

Enfin, faites en sorte de pouvoir vous défendre/protéger au max : sport de combat, cours de self-defense, objet vous permettant de vous défendre efficacement (les avis divergent sur la législation concernant le port d'une lacrymo, personnellement après ça, j'irai m'acheter le nécessaire que j'aurai toujours dans mon sac). Toujours prévenir au moins une personne d'où vous êtes. Je ne vous dirai pas d'éviter tel lieu, de ne pas sortir après telle heure, des viols ont lieu en pleine journée dans des endroits avec du monde, donc bon. #tristesse.  Misez sur l'entraide quand vous sortez à plusieurs (se raccompagner etc.), ça ne demande pas grand chose et ça peut en éviter beaucoup. Et bien évidemment, réagissez si vous voyez quelqu'un dans une situation de harcèlement, d'agression, interpelez au moins des gens autour de vous et/ou appelez la police si vous avez peur pour vous. J'oublie sûrement une tonne de choses, j'essaye d'en donner un maximum, et je m'excuse d'avance, n'hésitez pas à compléter mon discours en commentaires.

Voilà... Merci du fond du cœur d'avoir lu jusqu'ici, je n'avais pas autant écrit depuis longtemps, et je crois que ça m'a fait du bien. J'ai peur de partager mon article partout, le paradoxe de vouloir être lue au maximum mais de ne pas vouloir encore lire des jugements. Mais bon, je vais le faire. #GO! Prenez soin de vous, surtout.


Love,


JE T'ATTENDS À POUDLARD, PAR ICI 
ET SUR SNAPCHAT 
JULINFINITY

72 commentaires

  1. Hello ma belle ! Ton article est tellement poignant ... Les personnes n'ayant jamais subi d’agressions ne peuvent pas vraiment savoir ce que l'on ressent dans ces moments là même s'ils essayent avec la meilleure volonté du monde .... J'étais sur Twitter au moment ou tu postais et j'avoue avoir été profondément choquée par la violence des gens à ton égard ... Personne ne mérite d'être traité de la sorte ... Je te souhaite bien du courage pour te relever de cette épreuve même si je sais que ca t'a profondément marqué ! Tu es une femme forte !
    Bises et un câlin plein de soutien !
    Lily.

    RépondreSupprimer
  2. Coucou ma belle. Tu as pu voir certains de mes tweets et bien-sûr je te partage une nouvelle fois ici tout mon soutien et tout mon amour. Entoure toi de tes proches et surtout reste forte. Je te fais d'énormes bisous, Clara. ♡

    RépondreSupprimer
  3. Je t’avais envoyé un message sur snapchat mais il n’a pas été ouvert alors que je te le remet ici ! « Je ne sais pas si tu recevra ce snap.. mais ton histoire d’hier soir m’a énormément fait réfléchir et touchée.. Tous les soirs je fais pour rentrer chez moi après avoir travailler avec mes amis : les halles puis je passe sur le pont neuf et j’habite à 2 mn à pied après le pont. Un mini trajet qui me parait tellement banale et que maintenant je fais sans plus penser au fait que je pourrai me faire agresser malgrès l’heure très très tardive et le fait que nous ne soyons que 2 ou même moi seul dans les rues.. Tu m’as fait prendre conscience que je ne devais vraiment pas baisser ma garde comme ça… et redoubler d’attention car on ne sait jamais sur qui on peut tomber j’espère que tu te remettra vite.. il faut que tu retienne le fait que quelqu’un à quand même eu l’humanité de t’aider !! Et que tu as eu plus de peur que de mal.. et ne pas pensée à ce qui aurait pu arriver.. remet toi vite ! ♡ »

    Phiphi ⚯͛△⃒⃘∞

    RépondreSupprimer
  4. Bonsoir ma belle,

    Je réitère ce que j'ai déjà pu te dire, ton sang froid vis à vis des messages haineux m'impressionne et je en même temps choquée, écoeurée, particulièrement en colère contre cette société de tarés.
    Je vais moi aussi aller m'acheter une bombe lacrymo, ça fait déjà plusieurs temps que j'y pense. Il y a quelques mois un mec m'a touché les fesses, il était en vélo pendant que moi j'étais à pied ( souvent rempli de courages ces gens ), et bref, j'avais pensé à m'acheter une bombe lacrymo mais je ne l'ai pas fait.Donc voilà, le cauchemars que tu as vécu va me faire me bouger les fesses et acheter ça rapidement.

    Au delà du soutien par ce petit commentaire, je voulais te dire quelque chose d'autre qui peut être pourrait t'aider un peu. Suite à des soucis familiaux importants, petite dépression et TOC qui m'empoisonne la vie, j'ai fait des séances de psychanalyses pendant plusieurs années. Ca n'a pas été spécialement fructueux. Cette année, voyant que je n'arrivai pas à combattre mon TOC je suis allée chez un hypnotiseur qu'une connaissance m'a recommandé. Ca n'a rien de spectaculaire dans la pratique, je ne me suis pas mise à marcher sans m'en rendre compte dans son cabinet. Par contre mon problème de TOC est en voie de guérison même si parfois il revient un peu. Ca fait pres de 6 mois que je me sens libérée. Bref, selon les praticiens, l'hypnose peut jouer sur plusieurs plans et je sais que la peur comme toute autre réaction suite à un choc émotionnel, en fait partie. Je ne veux pas que mon commentaire soit mal interprété. Je trouve que c'est vraiment grave ce que tu as vécu et c'est pas forcément évident d'arriver à se "reconstruire", ou du moins à vivre sans être angoissé H24 ensuite. C'est une démarche qui t'appartiendra et que tu feras si tu en ressent le besoin, sache juste que ça peut t'aider. Je reste à ta disposition si tu veux en parler, l'hypnotiseur que j'ai vu est un peu loin pour toi car il est à Saint germain en Laye. Mais bref, je reste à ta disposition si tu as des questions.

    Je te souhaite bien du courage Julie. Je comprends pas que les gens puissent rire d'un truc aussi grave. Mais bon bref, on va pas pouvoir éradiquer ces abrutis.
    Je t'envoie plein d'ondes positives, de courage & de bienveillance face à ça <3

    Gros gros bisous,

    Romane

    RépondreSupprimer
  5. Coucou Julie, j'espère que tu vas mieux .. contrairement à certains messages de haine, je te trouve très courageuse d'avoir eu la force d'écrire et de parler de toute cela. C'est très important. Comme toi j'ai peur le soir, j'appréhende mais, comme tu le dis si bien, il ne faut surtout pas d'arrêter de vivre. J'ai déjà été témoin et victime, et je suis attristée et toujours surprise de voir les gens : ne rien faire. Ne pas réagir fasse aux cris et aux appels. Mais heureusement il existe encore un peu d'humanité chez certain , comme chez ce conducteur de taxi.
    Prend bien soin de toi Julie, et vis !

    Bisous pamplemousses :*

    RépondreSupprimer
  6. Je vais t'écrire ce que je t'ai écris partout mais que par protection tu n'as vu nul part car l'overdose des réseaux nous force à nous replier sur nous même. Alors ici je vais te l'écrire. On te croit. Je te crois. On t'aime pour cette fraîcheur que tu as malgré tes blessures et quoi qu'il arrive on sera la. Si on peut faire quoi que se soit. Julie tes mots sont forts tes mots sont durs tes mots font froids. Je pense fort à toi ce soir et je pete un câble de ne pas retrouver ton numéro de tel que tu m'as donné quand on était à Amsterdam. Je t'embrasse du fond du cœur AVC Paul prends soin de toi et reviens nous quand ça ira mieux. Twitter et le réseaux le plus râgeux de l'univers ne t'en fais pas c'est comme le vent ça passera

    RépondreSupprimer
  7. Courage pour te remettre de tout ça, et essaie de faire abstraction de ces commentaires de haine ... Certaines personnes sont totalement inconscientes et tu as besoin de te remettre, pour que la peur ne prenne pas le dessus ce qui compte c'est toi après tout cette peur c'est toi qui l'a vécue et personne d'autre, alors ceux qui ne te croient pas, leur avis, leurs pensées on s'en fiche.

    Courage et je pense qu'avoir partagé ça est une bonne chose pour celles qui ont vécu ou malheureusement vivrons ça, pour qu'elles n'aient pas honte !!!

    RépondreSupprimer
  8. Je comprend ce que tu ressent. J'ai vécu quelque chose d'horrible lorsque j'étais plus jeune ( j'ai une phobie sociale a cause de ça ) et depuis que je suis au lycée je dois rentrée seule le soir et a chaque fois que je suis dans la rue je marche très vite pour éviter que quelqu'un me suive ( même si au final ça ne servirait a rien ) je panique a chaque fois que quelqu'un marche derrière moi, que je croise quelqu'un etc... Je sais que j'ai l'aire d'une folle a faire tout ça mais je ne me contrôle pas, la peur est trop puissante et encore plus maintenant qu'il fait nuit lorsque je rentre. Ton article me touche vraiment je suis de tout coeur avec toi ♥

    RépondreSupprimer
  9. Hello ! En lisant ton post, j'en ai presque eu les larmes aux yeux. Je comprends un peu ce sentiment de "méfiance" que l'on peut avoir en se promenant seule, le soir, à Paris, et aussi l'inquiétude qui t'a gagnée alors que tu t'es rendue compte que cet homme te suivait réellement. Je suis absolument écœurée que personne ne te sois venu en aide. Souvent on parle d'agressions dans le métro, dans des wagons quasiment vides, où les seules personnes présentent n'osent pas intervenir. Pour ça je me dis, OK, ces personnes-là ont peut-être peur, elles peuvent tout de même prévenir quelqu'un par téléphone, la RATP, les flics, j'en sais rien mais quelqu'un au moins. Là en l'occurrence les gens dans leur voiture n'avaient "qu'un pas" à faire vers toi, qu'une main à tendre, un simple mot pour te dire "Allez-y, montez" et ils ne l'ont pas fait. Je me sens écoeurée par un tel comportement et je sais que maintenant, j'aurais encore moins confiance d'être seule à Paris, le soir. C'est con mais à présent je me suis mise à plus prendre les VTC ; uber, heetch et compagnie. Je me dis qu'au moins je rentre tranquille, qu'il n'y aura pas de soucis de transports mais surtout, que je serai en sécurité.
    Je te souhaite bien du courage ; c'était déjà courageux de ta part de réussir à nous en parler !
    Bisous,
    Lumiya.

    RépondreSupprimer
  10. Je félicite ton courage d en parler et je suis choquée par l'histoire pcq forcément je me dis "et si c'était moi? Si toutes les fois où je me suis sentie paniquée à l'idée de marcher seule dans la rue avait fini comme ça? ET Pas juste par un "Ouf c'est dans ta tête, y avait personne" mais je suis encore plus choquee par les réponses et insultes que tu as reçu, comment est ce possible? Comment ce monde peut il aller aussi mal pour que des personnes puissent un seul instant penser ET écrire cela.. comment est ce possible que personne ne s'est arrêté?!!
    Tes mots sont justes et en tant que personne publique tu as raison d'en parler pour toi et pour toutes celles qui n'ont jamais osé le faire!
    Je te souhaite tellement de courage!
    Et je t envoies toutes les ondes positives possibles!
    Gros bisous
    Alexandra

    RépondreSupprimer
  11. Soutiens et courage ma belle.
    Je t'envoies tout l'amour que je possède et une pinte de Bieraubeurre!

    RépondreSupprimer
  12. Ma belle je t'ai envoyé un message par Messenger. Tout cela fait froid dans le dos. Prend soin de toi, prenez soin de vous les filles.
    Julie je t'envoie pleins d'ondes positives, soit courageuse. Énormes bisous de courage.

    RépondreSupprimer
  13. Comme dans le message que je t'ai envoyé sur twitter, je vais me répéter mais tu as été très courageuse Julie. Courageuse de ne pas l'avoir laissé faire, d'en avoir parlé avec nous, d'avoir dénoncé ce manque d'humanité. On te croit Julie, malgré les insultes, les commentaires stupides de certaines personnes, on te croit et on est la pour toi. Nous vivons malheureusement dans un monde où toi, moi, beaucoup trop de femmes partageons la peur de sortir le soir. Parfois même la journée. Dans les transports en commun, dans la rue, dans un bar ou en soirée, nous devrions pas avoir à nous sentir en danger, ce n'est pas normal et j'admire ta façon de le dénoncer. Tu es un personne merveilleuse Julie, tu es forte, ne l'oublie pas.

    J'espère que tu retrouvera ton sourire et ta bonne humeur bientôt, tu mérites d'être heureuse et te voir si abattue et choquée m'a brisée le cœur. Tu mérites tellement mieux.

    Pleins de bisous de réconfort et de hérissons petite raclette à sneakers. ♡

    RépondreSupprimer
  14. Tu as été très courageuse de partager ton histoire en surpassant tout sentiment de culpabilité, de honte ou autres. Tu n'as absolument pas à avoir honte et tu l'as très bien compris! Je pense que tu as bien fait également de mettre en lumière ces réponses sordides de gens sur Twitter. Cela me révolte quand quelqu'un prend ainsi à la légère un cas d harcèlement. Il leur faut vraiment un mort, une violée, un mourrant pour réaliser la gravité de la chose? Je suis aussi choquée par ton histoire que par ces réactions indécentes. La culture du viol est encore loin de disparaître, alors on a besoin de témoignages comme le tien pour faire bouger les choses doucement mais sûrement, car malheureusement beaucoup de femmes ont encore honte de dénoncer ces harcèlements. Pire, elles pensent que c'est normal, que c'est la norme et qu'il n'y a rien à dire là-dessus. J'espère alors que ces femmes prendront conscience de la gravité de ces "petits cas banales" et arrêteront de dire "et tu crois que tu es la seule à vivre ce genre de chose? Il n'y a pas de quoi faire tout un plat". Bon courage en tout cas! Prends bien soin de toi ��

    RépondreSupprimer
  15. Ton article est vrai, vrai dans le sens propre du terme, vrai comme la vérité qui est encore trop cachée et enfouie à ce sujet. Ce genre de situations arrivent beaucoup trop et beaucoup plus qu'on ne le pense, alors sois fière d'avoir écrit tout ceci. Et pour toutes les mauvaises langues et les rageux, dis toi que leur avis changera malheureusement le jour où ils ressentiront ce que tu as vécu ou quand quelqu'un qui leur est cher leur racontera une histoire similaire à la tienne. Pour l'instant, ces gens sont dans l'inconnu de tout ça, dans la bêtise, au chaud dans leur baskets et dans leur vie confortable. Mais la vie n'est pas si rose et tu l'as bien dit, il y a des vérités qui font peur, qui inquiète et qui font rire les plus bêtes, c'est la vie. Une dernière chose, "Une journée nuageuse ne peut rien contre un tempérament radieux" (William Arthur Ward) alors garde ton sourire et la tête haute, ton énergie positive t'aidera à passer au dessus de tout.
    De gros bisous de réconfort et une bouffe d'enthousiasme pour tout surpasser.
    Alexine // Blondie Vibrations

    RépondreSupprimer
  16. Salut miss! Je n'ai jamais vécu, mais en voyant tes snaps, je t'avoue que j'ai eu froid dans le dos. J'espère que tu t'en remettras vite... Tu n'es pas toute seule, et je pense que tu as bien fait de raconter ça, pour prévenir les filles à qui ça pourrait arriver! Pour les tweet, mon dieu, la bêtise n'a donc aucune limite... Remets toi bien <3

    RépondreSupprimer
  17. Je t'envoie pleins de soutient et pleins de courage.

    Les gens sont vraiment stupide..

    Prends soin de toi Julie.

    RépondreSupprimer
  18. Bonsoir Julie, je crois que j'ai été des premières à voir tes snas en racontant tout cela. Quand j'ai vu que tu plerai autant, j'ai pensé que c'était vraiment grave, et en effet, ce l'était. Je pense que tu as très bien fait en le racontant par les résaux sociaux, car comme ça tu pouvais montrer aux gens le type de comportement qu'il faut éviter, qu'il faut éliminer de notre société "où le femmes et les hommes on les mêmes droits", oui, on les a, mais il y a de hommes qui pensent qu'ils ont le pouvoir sur nous, et´ça ce n'est pas acceptalbe. Je ne comprends vraiment pas comment il a fallu beacoup d'essais pour qu'une seule voiture te sauve. Tu as totlement raison en disant que tu ne peut pas priver de sortir la nuit toute seule, car le problème ce n'est pas le notre, c'est celui de la société qui pense que c'est nous, les filles, qui doivent éviter ce type de situation. Et non, le problème ce sont les hommes qui sentent u'ils peuvent faire ce qu'ils veulent. J'espère quece qui t'ai arrivé aidera aux gens à comprendre que il n'y a pas que toi qui a eu tellement peur, comme cette situation, il y a des milliers. Et en plus il y a aussi beaucoup qui se passent encore pire que ça. J'espère vraiment que sa ira mieux demain, tu verras, c'est juste il faut que le temps passe, et cette histoire, il faut ue tu l'utilises pour faire comprendre au monde que c'est une des choses les plus inhumaine que des personnes peuvent faire.
    J'e4spere que tu sera beaucoup plus conente demain, maintenant c'est le moment que tu as besoin de nous, donc, moi je suis pour tout <3<3<3

    RépondreSupprimer
  19. Salut Julie ! J'ai vu ce qui t'es arrivé sur twitter moi aussi et j'étais vraiment touché par tes mots mais aussi par ces sales messages qui m'ont écœurés... Et je comprend totalement toutes les faces de tes sentiments car il est vrai que les gens peuvent te bousculer moralement... C'est très très grave ce qui t'es arrivé, du début à la fin...
    Et malgré ça, je t'en supplie reste forte et prends du temps pour toi, pour t'en remettre et peu importe le temps qu'il te faudra, tant que tu vas mieux c'est le principale !
    Et surtout, pour l'amour du ciel ne laisse personne te faire douter du fait que tu es une fille géniale, vraiment !
    Je pense faire un article sur mon blog sur tout les types d'harcèlement car je pense vraiment que c'est nécessaire, car il faut dire que c'est la première fois que je vois un acharnement comme celui-ci, qui n'était surtout pas cohérent avec la situation et cela m'a vraiment choqué... Pleins de bisous à toi et pleins d'amour ! ♥

    RépondreSupprimer
  20. Hier soir, j'ai penser à ton témoignage. Je suis sortie avec trois amies dans Rouen. En rentrant, on a croisé des mecs à deux reprises... Et ça n'a pas manqué, ils nous ont insultés. Ce n'est effectivement rien en comparaison à ce que tu as vécu mais aux yeux des gens, c'est normal de se faire insulter gratuitement dans la rue. Le fait que personne ne te vienne en aide (sauf ce cher monsieur) et cette vague de haine sur les réseaux sociaux ne me surprend même pas... Mais elle me fou dans une immense colère. Cette société me met de plus en plus en colère. J'espère que tu surmonteras ce traumatisme, parce que oui, s'en est un. Et honnêtement, je n'en doute pas... Car même si je ne te connais pas personnellement, je trouve que tu dégages énormément de force. Tu ressens peut-être les choses avec beaucoup d'intensité (ça doit être commun aux scorpions) mais tu les surmontes, et ça, ce n'est pas de la fragilité mais bien de la force.

    RépondreSupprimer
  21. Bonsoir Julie, juste pour te dire qu'effectivement légalement la bombe lacrymo c'est pas tiptop. Par contre, je te conseille le gel poivre, très efficace et tu n'auras jamais de problème par rapport à la diffusion du produit! La bombe lacrymo, selon le vent etc peut te neutraliser au lieu d'atteindre ce que tu vises.. (conseil d'une fille qui a pour amoureux un agent de sécurité) Voilà, je te souhaite beaucoup de courage pour surmonter cette épreuve et t'apporte tout mon soutien!! Des poutous tout doux!!
    Calamistrophe

    RépondreSupprimer
  22. Ce monde est habité de fous !
    Je pense qu'il est important que tu saches que je suis de tout coeur avec toi que je te trouve magnifiquement courageuse !
    Ton article est poignant et malheureusement vrai ..
    Je ne compte pas m'étaler sur le sujet etant assez jeune et n'ayant pas vecu ce genre d'experience mais je tient a te dire que tu m'as beaucoup touché et que j'espere de tout coeur que tu t'en remettras au plus vite !

    RépondreSupprimer
  23. T'es forte, continue comme ça. Ton blog, ton instagram et toutes tes publications m'ont donnés de la force dans un moment ou ça n'allait pas vraiment ... Tu va surmonter tout ça pcq tu es une battante, ton histoire m'a terriblement affectée, j'ai eu du mal à fermer l'oeil hier soir. Ne baisse jamais les bras, tu va te retrouver, et il va sûrement falloir du temps, entoure toi des meilleures personnes. Et merci pour tout, merci d'être toi, de te livrer, et d'être intègre ❤.

    RépondreSupprimer
  24. C'est terrible qu'une femme ne puisse pas marcher dans la rue à toute heure du jour et de la nuit sans être inquiétée en France, en 2016.

    Toujours avec la boule au ventre et à devoir faire le dos rond aux réflexions faites sur notre passage le jour et fuir les rodeurs la nuit. Sans que ces insanités de personnes ne soient jamais inquiétées.

    C'est un scandale, c'est à vomir.

    Et parfois ça tourne mal, comme ce qui vient de t'arriver. On dirait presque que l’énergumène y prend du plaisir... c'est de la folie. Ce genre de témoignage est tout simplement insoutenable... Parce qu’on a TOUTES eu peur, et on aura toujours peur si les choses ne changent pas !

    Lire ça nous bouleverse, nous les femmes, parce qu’on sait ce que c’est et qu’à chaque fois qu’on rentre de soirée, à chaque fois qu’on marche cette peur nous revient à l’esprit. Nous sommes esclaves de ça, nous ne sommes pas libre puisque nous ne sommes pas en sécurité.

    Les gens doivent prendre conscience que ce genre de chose n'est pas acceptable, Ca doit changer !

    C'est une insécurité que nous les femmes nous vivons quotidiennement que ce soit à Paris ou même dans le plus reculé des villages. C'EST TOUT SAUF NORMAL !

    Et les commentaires haineux on doit ENCORE les ignorer parce qu'ils sont écrits par des incultes, immatures, sans morale, qui n'ont aucun sens des responsabilités et de l'impact de leurs mots.

    La dématérialisation pousse à tous les abus sans qu'aucune sanction ne soit possible, sans que les auteurs ne soient inquiétés, sans même que certain auteurs ne se rendent compte que derrière l’écran il y a un destinataire qui est humain et qui va recevoir le message EN PLEINE FACE. Ca non plus ça n'est pas normal !

    Donc on en arrive là. On doit "prendre nos précautions" "ne pas sortir seule" "ne pas sortir tard" et encore pire ‘’ne pas s’exprimer’ sur le sujet.... NON !

    Que tout le monde se responsabilise et s'éduque, ça OUI par contre. Et si tel n'est pas le cas que la justice fasse son travail et condamne ces VIOLENCES.

    Et l'humanité elle est où ? Une femme en pleur, la nuit, sur le bas côté d'une route, qui met sa vie en danger pour stopper des véhicules, qu'on ignore ?! Et même si on pense que c'est une folle, le minimum c'est de rester en warning barricadé dans sa voiture et on appelle la police non !? LE MINIMUM.
    Aaaaaaah non c'est vrai ... On vit dans une société individualiste donc les autres c'est pas nous, donc les problèmes des autres c'est surtout pas les nôtres.

    Je t'apporte mon soutien dans cette épreuve Julie. Bon courage !

    RépondreSupprimer
  25. J'ai toujours eu peur, quand j'étais à Paris, de vivre ce que tu as vécu. J'ai toujours eu un oeil au-dessus de mon épaule, j'ai toujours accéléré le pas quand je rentrai seule (je le fais encore la nuit dans ma ville de Province). Il m'est arrivée de changer de wagon de RER, de faire un détour avant de rentrer chez moi, d'avoir mes clés dans la main en mode poing américain... J'ai eu peur. j'ai peur. En tant que femme, j'ai toujours eu à me justifier son mon choix de ne pas rentrer seule le soir à Paris (et donc à ne pas assister à des soirées). Je n'ai heureusement jamais été jusqu'à ce qui t'est arrivé... Je te remercie en tout cas pour cet article qui montre que tout cela existe réellement. Que nous ne nous faisons pas d'idées, mais bien que la violence et la peur existent.

    RépondreSupprimer
  26. Coucou, je suis une lectrice plutôt anonyme qui passe et qui lis sans parfois prendre le temps de commenter. Mais ce soir parmis toutes ces personnes qui t'offrent leurs soutiens, je viens y ajouter le mien. Prend soin de toi, prend du temps pour reprendre des forces (quoi que tu as déjà fais preuve d'un sang froid impressionnant par rapport aux messages haineux) et sache que toute personne qui se sens ou à ete agressée à le droit à la parole et on a le devoir de l'écouter sans juger. Amicalement Marie !

    RépondreSupprimer
  27. Tu as bien fait de publier ton article. Je comprends tout à fait ta peur. Et je suis choquée des réactions des gens, que ce soit ceux que tu as arrêtés dans la rue mais aussi que tu reçoives des injures sur les réseaux. Mais dans quel monde vit-on?
    Courage à toi.

    RépondreSupprimer
  28. Tout mon courage ♥
    J'en ai eu les larmes aux yeux quand tu en as parlé sur snap, et ça m'a rappelé à quel point, les gens étaient fous...
    Heureusement, il reste encore de belles personnes, bien éduquées, censées, alors continue à écrire pour nous, et ignore les autres qui peuvent dire des choses horribles en se cachant derrière un pseudo internet!
    Caroline ♥

    RépondreSupprimer
  29. Bonsoir jolie Julie. ♡

    Je t'ai également envoyé des messages de soutien partout, SnapChat, Twitter, et sur le groupe #HomeGwarts ♡

    Nous sommes toutes et tous là pour toi, ton chéri, ta maman, toute ta famille, tes amis et nous tes abonnés.♡
    J'ai beau avoir lu tes Tweets, vu ta story SnapChat et lu cet article entièrement, à chaque fois les larmes ne cessent de couler...
    J'ai vécu des choses horribles en étant ado et il y a 2 ans... J'ai cru que je ne m'en relèverais pas, mais grâce à ma famille et mes quelques amis (que j'aime tellement fort), je vais bien mieux aujourd'hui. Le temps sera ton ami, laisse du temps au temps et ça ira mieux. Prend soin de toi, repose toi et courage. Nous sommes toutes et tous derrière toi pour t'aider à te relever car tu mérites tout ce soutien général. ♡♡
    Ton article était très bien écrit, très touchant et fort. Le message est passé, c'est certain. En parler est important et je t'admire pour cela, car aujourd'hui je n'arrive pas moi même à raconter ce que j'ai vécu. Rien que pour cela, bravo. Ne baisse pas les bras, tu es une battante, tu vas réussir à te recentrer sur toi-même.

    Je divague et me répète surement, mes écris viennent tout seul, je vais m'arrêter ici. ♡

    Nous t'aimons très fort!♡
    Je t'aime très fort!♡
    Nous serons toujours là pour toi!♡
    Gros bisous.♡

    RépondreSupprimer
  30. Ton poste est vraiment très touchant et m'a pris aux tripes. C'est fou le manque d'humanité de certaines personnes entre ceux qui ne s'arrêtent pas (par peur ou par indifférence?) et ceux qui se défoulent sur les réseaux sociaux... Bon courage à toi pour les prochaines semaines qui seront je pense psychologiquement difficiles. bisou
    https://fibiel76.wordpress.com

    RépondreSupprimer
  31. Salut Julinfinity ♥

    Je suis tellement choquée et déçue de ce qui t'es arrivé, c'est tellement grave je comprend pas comment on peux ignorer ça. Ce que j'ai trouvé le pire c'est que ces personnes qui t'ont laisser en danger alors que tu aurais pu être violer ou pire... Et les autres sur twitter qui osent jugés parce que ils sont sous anonymat...Je suis tellement triste pour toi de ce qui t'es arrivé. Malheureusement si on n'a pas vécu ça on peux pas comprendre et twitter est un endroit de création oui des fois mais aussi tristement de colère et de haine idiote.
    Je trouve ça tellement dommage mais je suis de tout cœur avec toi tu es quelqu'un de géniale que j'admire depuis tes débuts ♥ Bon courage ♥

    RépondreSupprimer
  32. Ce qui t'es arrivé est vraiment horrible et les sites que tu partages sont tout aussi effrayant.
    Certains hommes ne sont malheureusement pas bien évolués... Espérons que ça change un jour mais il y aura toujours des cons.
    Je pense que si les voitures ne se sont pas arrêtés c'est peut être que les gens avaient peur d'un guet-apens ou de quelque chose comme ça, ça doit arriver dans les grandes villes et les gens deviennent méfiants.
    Reprend confiance en la vie, il ne faut pas que ça te change. Tu es génial et ce qui ne te tue pas te rends plus fort. <3

    RépondreSupprimer
  33. Salut ma belle !
    J'ai envie d'exploser en lisant ton article. Non, tu ne devrais pas recevoir toutes ces insultes. Non, tu ne devrais pas te sentir coupable. Rien de tout ca n'est normal. Cet homme n'aurait pas dû te suivre. Ces voitures auraient dû s'arrêter. L'homme qui s'est arrêté n'aurait pas dû dire "fallait pas être seule". Parce que c'est facile de rejeter la faute sur la personne harcelée, c'est facile de ne pas reconnaître les torts, la perversité de l'autre. Il faut continuer à en parler, tant pis pour ces abrutis qui n'ont pas compris que le monde dans lequel on vit est impitoyable pour la femme. Tu recevras d'autres commentaires haineux mais n'oublie pas qu'une communauté entière est derrière toi et que l'amour triomphe toujours de la haine.
    D'énormes bisous <3

    RépondreSupprimer
  34. Tellement choquée par ce qu'il t'es arrivé... Je t'envoie tout mon soutien et t'encourage vivement à ignorer ces personnes ridicules qui osent tweeter tes choses pareilles. Elles devraient avoir honte !
    J'espère que tu vas vite aller mieux, prend ton temps surtout... Tu as bien fait de rédiger cet article en tout cas.
    Plein de bisous

    Laurène

    RépondreSupprimer
  35. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  36. Salut...honnêtement je ne sais pas quoi dire ! Je ne comprends pas pourquoi les gens ne se sont pas arrêtés... Oui, à ce moment de ma lecture je ne comprenais pas...ca me choque énormément ! Honnêtement, il m'est arrivé la même chose mais par chance, j'ai réussi à rentrer chez moi. Depuis, quand je rentre tard, je fais en sorte de paraître plus "garçon": sweat et capuche sur la tête et bien large pour ne pas que l'on puisse apercevoir la poitrine. Je trouve que normalement je ne devrai pas faire cela, mais si ça peut m'éviter les ennuis, je mets de côté ma conscience féministe dans ces cas-là. Je suis contente que tu ailles "bien" (si on peut dire ça comme ça) mais sache qu'on te soutient énormément !! Les femmes ne devraient pas avoir peur comme cela, ni les hommes d'ailleurs ! Comme si on devrait avoir un couvre-feu, nan mais je rêve (par rapport à certains tweets) !! Je te trouve très courageuse d'avoir partagé cela, parce que moi je n'avais rien dit et j'avais eu beaucoup de mal à ressortir, mais je le faisais en regardant constamment derrière moi, en n'écoutant pas de musique pour entendre chaque bruit... Bon courage, ne te laisse pas abattre (même si c'est un peu facile de dire ça) et si tu as besoin de pleurer, de parler (même si ça fait la 1000ème fois) à qui que ce soit, FAIS LE ! Pour te sentir mieux, même si pour certains ça ne sert à rien, si TOI ça t'aides, N'HÉSITE PAS ! Prends très bien soin de toi et BON COURAGE pour la suite !! Bisous
    (je suis désolée pour ce commentaire très brouillon)

    RépondreSupprimer
  37. Coucou Julie
    Serieux, cette histoire m'a glacé le sang. Je ne sais pas ce qui me choque le plus : les voitures qui ne s'arrêtent pas, ou bien les commentaires qui suivent. Plusieurs fois j'ai refusé de sortir le soir tard parce que je savais que je ne serai pas raccompagnée et jai peur aussi. Je ne suis pas féministe, mais bien consciente que c'est dangereux pour une femme de rester seule dans la rue. Car on le sait, et ton histoire le confirme, si une femme se fait agresser on lui demandera d'abord comment elle était habillée, si elle n'avait pas trop bu, et ce qu'elle foutait seule dehors. C'est degueulasse.
    Courage ma belle, n'hésite pas à aller te faire suivre pour te libérer de ce traumatisme, car oui, c'est un traumatisme. Merci d'avoir partagé avec nous, encore une fois.

    RépondreSupprimer
  38. Hello Julie,

    Je ne poste normalement jamais de message sur les blogs car je me dis que ça ne sera tout de même pas lu.. Néanmoins, aujourd'hui j'ai envie de le faire! Non pas qu'aujourd'hui soit une journée exceptionnelle, mais ton histoire me touche tellement que je ne peux faire autrement. Tout d'abord tu ne dois absolument pas t'en vouloir pour ce qu'il y a eu. Et la stupidité des gens ne s'arrêtera jamais.. C'est triste comme tu dis, mais il y a des gens qui n'ont pas de rêves dans la vie, pas d'ambition et qui se font chier (pour dire les choses comme elles sont) à longueur de journée et doivent se trouver des occupations.. C'est dommage qu'ils n'aient pas assez de cervelle pour se rendre compte que leur occupation peut détruire la vie de certain(e)s mais bref..
    J'ai vécu une histoire plus ou moins similaire la semaine passé mais j'ai eu la chance d'avoir de l'aide bien plus rapidement que toi.. Je ne comprends pas qu'il puisse y avoir des gens si inhumain.. Ne pas s'arrêter pour une fille en pleure en plein milieu de la rue... C'est incompréhensible, je ne sais rien dire d'autre..

    En tout cas je te souhaite beaucoup de courage, je te fais pleins de bisous et j'espère que tu iras vite mieux <3

    RépondreSupprimer
  39. Coucou Julie!
    Ton histoire m'a vraiment bouleversée, tu m'as énormément touchée lorsque tu l'as raconté sur snap mais je l'ai encore relue aujourd'hui. Et mon dieu que je ne comprends pas la réaction de certains! Je suis choquée par les screens que tu as mis, comment peut-on si mal réagir a une histoire comme celle-ci ? Quel est le but des gens de rabaisser comme ça ? Alors que tu ne partages seulement ton ressenti et ton réel traumatisme..
    Je suis désespérée des gens parfois.
    Je te souhaite du courage et de profiter de ta famille et de tes amis pour te remettre sur pieds!
    Mille mercis pour ce que tu partages avec nous! <3

    RépondreSupprimer
  40. Salut, je ne sais pas si tu me reconnais, probablement pas, puisque sur Facebook je suis Virginie LAMBERT et non pas Surunpetitnuage (mon nom de blog ^^), mais le lendemain de ta mésaventure (appelons là ainsi :s) j'ai été tellement outrée de lire certains tweet en réponses aux tiens que j'avais posté un mot sur Facebook ! Je trouvais vraiment ça affligeant ! Je te suis depuis quelques temps maintenant et dans chacun de tes articles, je ressent de la vérité. Bon pas tout, mais c'est normal, on ne dit pas tous dans nos articles, notre vie de regarde entièrement que nous ;)

    Et là je ne pouvais pas rester sans lire ton article et y répondre.

    Il y a des années, je me suis faite suivre de ma gare à chez moi : 15 minutes où le mec restait loin de moi, au début je me disais qu'il allait juste dans la cité au dessus de ma résidence. Mais quand il a tourné au même stop que moi pour rentrer dans la résidence, j'ai vraiment flipper. J'ai hésité à appeler la police, mais ils ne seraient jamais là à temps, aller chez mon chéri ? Mais il venait de passer une nuit blanche sur un dossier d'Art appliqué, il dormait probablement et à cette heure sa mère devait être en balade avec les petits qu'elle gardait. donc j'ai foncé chez moi, je n'ai pas allumé la lumière dans le hall, j'ai fermé rapidement et sans bruit ma porte à clef, j'ai pris mon chien dans les bras pour qu'il ne fasse pas de bruit en me faisant la fête. et je suis allée voir accroupie à la fenêtre si le mec passait devant, et là je le voir chercher mais vraiment chercher, me chercher, j'ai appelé mon copain qui était là en 2 minutes en pyjama ^^
    Depuis comme toi, je surveille toujours mes arrières, même quand je suis accompagnée. C'est vraiment désolant de vivre ainsi :s


    Et pour revenir à ton article, tu m'as fait monter les larmes aux yeux !
    J'étais déjà outrée en lisant tes tweets par rapport aux voitures qui ne voulaient pas t'aider, mais là encore plus !

    Je pense que tes proches ont déjà du te le dire ! Mais il ne faut pas que tu te sentes coupable, que tu crois qu'il ne te voulait rien. Si comme un crétin te disait que tu avais du papier WC accroché il te l'aurai dit, il n'aurait pas compris quand tu lui as dit d'arrêter de te suivre, il aurait au moins eu un mouvement de recul. Et surtout il ne t'aurai pas suivi et regarder ainsi.

    Je pense que cet article t'a fait du bien, en tout cas je l'espère vraiment.
    Et j'espère que tu iras mieux vite <3<3
    Je ne te remercie pas de ton partage, c'était ton choix, je pense que ça t'a fait du bien, alors tant mieux, vraiment du fond du coeur.
    Comme tu dis, c'est inadmissible qu'à notre époque certaines personnes doivent faire attention à cause d'autres personnes !

    Plein de bisous et bon courage ma belle.
    Virginie.

    RépondreSupprimer
  41. #Bouchouraaaan Julie ! (Souris s'il te plaît :))
    Ton article est magnifiquement écrit, comme d'habitude j'ai envie de dire. Je comprends ce que tu racontes, même si je ne l'ai jamais vécu. Mais je comprends dans le sens où, je l'avoue, j'ai peur de sortir le soir. J'ai honte de ça, honte de passer à côté de sorties avec mes copines etc, mais je suis tétanisée à l'idée de devoir prendre le bus toute seule le soir, de marcher seule le soir... C'est nul, tout bidon, mais c'est comme ça. Le seul moment où je n'ai pas peur, c'est avec mon copain. Je ne sais pas pourquoi, enfin si, parce que je me sens protégée, bien que ce ne soit pas non plus une armoire à glace ! (il me tue s'il voit ça).
    Tout ça pour dire que je pense que tu as eu raison d'écrire cet article, de t'exprimer à ce sujet, tout simplement parce que cela te fait du bien mais aussi parce que tu es quelqu'un d'altruiste, qui aimes les gens, et la finalité dans tout ça c'est d'aider les personnes qui peuvent être confrontées à cette situation.
    Tu es quelqu'un d'extraordinaire, une des personnes "virtuelles" que j'aimerais le plus rencontrer, pour diverses raisons.
    Prend soin de toi, profite de tes proches, de la vie et ensemble essayons de ne plus avoir (trop) peur ♥

    RépondreSupprimer
  42. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  43. Tout d'abord je suis contente que tu aille bien ! Ton histoire ma glacé le sang.
    Je ne peux pas imaginer les 3/4 de ce que tu as du ressentir cette nuit mais comme toi déjà d'une nature angoissée (voir paranoïaque par moment) je ne peux que me retrouver dans ton récit.
    Puis toutes les personnes que tu as arrêté pour t'aider et qui malgré ta détresse ton tourne le dos ça me rend malade ... Tu as fait preuve de beaucoup de sang froid sur les réseaux sociaux, les personnes qui t'ont traité de menteuse ou banaliser ce qu'il t'étais arrivé me met hors de moi.
    En tout cas je te fais pleins de bisous , t'envoie tout mon soutient ♡ !

    Camille.

    RépondreSupprimer
  44. Salut ma belle! Je tenais à te dire à quel point je te soutiens! C'est horrible et incompréhensible la réactions des gens face au harcèlement, au viol... Comment peut-on insulter quelqu'un qui cherche de l'aide, qui est en pleine détresse?? La société est vraiment mauvaise... En tout cas sache que je te remercie pour ce témoignage, n'écoute pas les autres écris t'en que tu en as besoin et pour montrer la vérité enfin. Ne doute pas de toi! Tu es génial et tu t'en sortira! Je t'envoie mes plus grosses pensées positives!
    Prend soin de toi, on est derrière toi! ❤

    RépondreSupprimer
  45. Je suis choquée, choquée à un point innommable ! Choquée au point d'en pleurer à chaudes larmes tout le long de ton article (Ce qui peut paraître improbable de pleurer devant un article, mais je n'arrive pas à me retenir.)

    Je suis outrée des tweets que tu as reçu, mais bon malheureusement les gens sont parfois des sauvages, c'est pire qu'au Moyen Âge ! Mais je suis surtout outrée et choquée de l'indifférence des gens devant une personne qui les appelle à l'aide, terrorisée en plein milieu de la route !!!!!! Faut être malade pour passer son chemin comme si de rien n'était. C'est de l'égoïsme et pire encore c'est hors la loi : non assistance à personne en danger ! On dirait que plus ça va, plus c'est chacun pour sa gueule, ça me met hors de moi et en même temps je m'effondre en me rendant compte de la direction que prend l'Homme, de cette égoïsme face à l'autre, à la planète, la société et même lui même. Même une plante a plus de respect pour elle même !

    Bref ton article m'a vraiment bouleversée et j'espère qu'il touchera aussi les personnes trop bêtes pour se rendre compte de ce qu'est la compassion et l'humanité. Peut-être pourrais-tu l'envoyer à un journal ? C'est vraiment important de parler de ce genre de choses, d'ouvrir les esprits à la COMPASSION. C'est en donnant des claques dans la gueule qu'on fait rentrer les idées dans la tête des gens !

    Bref je te souhaite de ne jamais revivre ça et je te fais un gros câlin virtuel !

    Pauline M.W

    RépondreSupprimer
  46. Je suis tellement choquée. Choquée par cet homme. Choquée du fait que personne ne t'a aidé, alors que tu etais en larme, les voitures passaient et s'en fichaient. Choquée de la reaction tellement mauvaise de certaines personnes sur twitter, je comprends pas le but de leur tweet mechant. Tu as vécue une mésaventure traumatisante, tu viens chercher du reconfort et de l'aide sur twitter et les gens ne voient juste en toi qu'une fille qui veut faire le buzz. C'est une blague en fait? Si ça avait été elles à ta place, si elles avaient vécu ce que tu as vécu ce soir là, elles auraient compris pourquoi tu as dit ce que tu as dit. En tout cas, n'ecoute pas ces personnes. Ton histoire m'a touché, tes mots étaient tellement vrais et purs. J'avais l'impression de vivre ce moment, d'etre toi, et j'ai ressenti ce que tu as pu ressentir ce soir là. Tu es forte, Julie.

    On ne peut toujours pas vivre tranquille dans notre monde en tant que femme. C'est tellement malheureux. On doit toujours avoir peur, avoir cette boule au ventre quand on marche seule la nuit. De regarder de tout les côtés pour voir s'il n'y a pas un psychopathe qui nous attend dans un coin, de marcher vite et de penser à combien de temps il reste avant de rentrer chez nous et d'être en securité.
    Je suis avec toi ❤️

    RépondreSupprimer
  47. Ton article m'a beaucoup touchée, j'ai eu l'impression de revivre la scène que tu as décrite dans ma tête et j'ai eu peur, les larmes me sont venues aux yeux comme tu l'as décrit.
    Je trouve que tu as été très courageuse de le partager, que ce soit sur les réseaux sociaux, auprès de tes proches ou même d'appeler le commissariat pour effectuer un signalement.
    Les larmes me sont remontées aux yeux quand j'ai lu tous les messages de haine et violence que tu nous as partagé. Des personnes que tu ne connais ni d'Eve ni d'Adam qui se permettent de te juger, de te souhaiter du mal ou qui espéraient un dénouement tragique à ton histoire. Mais mon dieu, dans quel monde vivons nous. Les larmes me remplissent les yeux à nouveau, je te souhaite du courage ma toute belle pour effacer un maximum cette histoire de ta mémoire. Je sais que ce sera long, mais tous nos mots de soutien combattrons tous ces messages nauséabonds et sans intérêt.
    Je t'envoie énormément de soutien et de compassion. Merci d'avoir partagé ton histoire. ❤️
    Clémence.

    RépondreSupprimer
  48. Depuis le temps que je te lit je ne poste jamais de commentaire...Mais cet article me fait réagir je suis tout simplement révoltée que personne dans ces voitures n'est réagit, que personne ne soit venu a ton secours je ne peux comprendre qu'on ne régisse pas. Je te souhaite beaucoup de courage face a ça profite de l'essentiel, supprime les commentaires indésirables sans les lire ils ne valent pas la peine d’être vus. bon courage merci de nous avoir partagé ton histoire et puis écrire fait toujours du bien Luciie <3

    RépondreSupprimer
  49. Je n'ai pas raté une seule ligne de ton récit, ça m'a vraiment chamboulé. Je ne sais pas ce qui est le plus terrible entre les voitures qui ne se sont pas arrêtées et les messages injurieux sur Twitter... Je suis de nature très "flippée" aussi et ton récit m'a donné la chair de poule...
    Dans quel triste monde nous-vivons...

    Merci en tout cas pour le partage de ton histoire et surtout, le beau message que tu livres à la fin. Je t'envoie plein de bisous !!

    Bisous et à bientôt

    RépondreSupprimer
  50. Je suis de tout coeur avec toi, et j'espère que ce genre de situation ne t'arrivera plus jamais, et à personne d'autre. Je trouve que dans ce genre de situation on voit l'égoïsme des gens et leur stupidité. Comment peut-on réagir ainsi sur les réseaux sociaux, contre une personne en détresse ?
    J'espère que ça va aller pour toi, tu es quelqu'un de génial !

    RépondreSupprimer
  51. Ton article me tord l'estomac ... J'espère que tu arrives a t'en remettre un peu même si sa sera long et difficile. Je comprends pas que des sales types comme ça puisse trainer et surtout que personne ne t'es aidé ... Je suis vraiment choqué.. J'ai une bombe au poivre h24 avec moi juste par sécurité et je te conseil de vraiment en avoir une tout le temps aussi, sa rassure un peu. Enfin je suis aussi très choqué par la réaction des gens sur twitter je savais que les mondes étaient remplies de gens cons mais a ce point sa fait quand même peur! Comment on peu douté de cette histoire ! C'est du grand n'importe quoi ! Je comprends pas leur comportement vraiment pas ... Enfin sache que nous sommes la pour te soutenir, que tu iras mieux bientôt et que partagé tout ça n'es absolument pas mal, au contraire, je suis fière que tu es réussis a mettre des mots la dessus et sa a du t'aider a te soulager. Courage ma belle ♥.

    RépondreSupprimer
  52. Olala, c'est horrible ce qui t'es arrivé, heureusement tu n'as rien, on a évité le pire. Je ne comprendrais jamais les gens insultant sur les réseaux sociaux !

    RépondreSupprimer
  53. Un grand soutient pour toi dans cette lutte ! Tu es incroyablement courageuse pour tout ce que tu as fait. Tu es un vrai exemple de force pour bien plus de personnes que tu ne le crois. C'est des témoignages comme le tiens qui font bouger les choses. Et en plus de tes belles qualités, tu n'est pas toute seule. Nous sommes très nombreuses à se soutenir les unes et les autres car on se bat pour le même combat. Je t'embrasse très fort et t'encourage <3

    RépondreSupprimer
  54. Je n'ose imaginer ce que tu as ressenti...et je n'espère ne jamais le ressentir. Je crois que ce qui me révolte le plus dans cette histoire après l'intention de l'homme c'est ces personnes qui ne se sont pas arrêtées et ces personnes qui t'ont laissé des messages haineux. Mais...je ne comprends pas. Nous devons nous entraider, nous devons aider, nous devons secourir...ce sont des choses que je m'efforce d'appliquer mais c'est désolant de voir des personnes qui passent totalement à côté...

    Je te souhaite beaucoup de courage, avoir écrit est déjà un pas je pense et comme le dit : Albus Dumbledore, « Il est nécessaire de comprendre la réalité avant de pouvoir l'accepter et seule l'acceptation de la réalité peut permettre la guérison. » Je t'embrasse fort <3

    Victoire3

    RépondreSupprimer
  55. Je crois que ce qui m'a fait sentir le plus mal (à part ta terrible mésaventure bien sûr) c'est ce genre de personnes sur Twitter qui osent te répondre en t'insultant plus ou moins et en doutant de ce qui vient de t'arriver... Franchement ça ma vraiment fait me sentir mal pour toi et sache aussi que je te soutiens de tout mon cœur. Ne baisse jamais les bras, on t'aime ❤✨

    RépondreSupprimer
  56. Laissé un petit mot me parait être une bonne initiative pour déjà aider. Alors c'est ce que je fais.

    Je ne suis me suis jamais vraiment à proprement parlé fait agresser j'ai juste eu des signes, tel que des bisous dans le vent d'un homme qui passait en vélo juste à côté de moi. Ça me paraissait rien de grave jusqu'à ce que tu en parles ici, sur Twitter et sur SnapChat. Je me dis et s'il se serait arrêté qu'est ce qu'il aurait fait? Je comprends que tu te poses un milliard de question qui te torture l'esprit.

    On est à l’abri de rien. Jamais. Et surtout dans Aucun moment de la journée. Quand j'ai lu ton article je me suis bien mise dans ta situation et je me dis que tu as quand même bien réagi, chercher de l'aide et sans doute la meilleure façon pour que tout se finisse. Cependant la réaction des personnes à qui tu as demandé de l'aide est vraiment aberrante, qu'il se mette à ta place, qu'est-ce qu'ils auraient fait...

    En tout cas je suis contente que tu en sois revenu indemne tout de même, je sais que moralement c'est dur, mais tu peux y arriver! Je crois en toi! Tu es entouré de personne qui prenne soin de toi, tout va revenir dans l'ordre des choses. Tu vas t'en sortir. Tu vas revenir plus forte après cette épreuve. Tu as bien fait d'écrire cette article, du monde lit ton blog et aujourd'hui tu as pu t'en servir comme un journal intime qui te répond, un blog sert aussi à ça et je vois que tu l'utilises comme il le faut!

    Bonne continuation à toi, tu vas remonter la pente. Courage ♥

    RépondreSupprimer
  57. Même si la moitié était dans ta tête, même si tu t'étais fais des films sur le coup : ça n'excuse pas la réaction de certains. Tu a le droit d'être sensible et d'avoir le cerveau qui pète les plombs, ça me fait vraiment gerber ce manque d'empathie.

    Je suis tombé sur ton blog au hasard, je ne te connais pas, mais je te souhaite bon courage.

    Raphaël.

    RépondreSupprimer
  58. Bonjour Julie,
    J'ai attendu un peu, avant de commenter ton article, pour prendre du recul. C'est effarant : qu'est-ce qui passe par la tête de tous ces gens qui ne t'ont pas tendu la main ? (où qu'est-ce qui ne passe pas?)Peut-on expliquer leur attitude par la peur qu'ils ont pu avoir de toi ? Où est-ce de l'indifférence, de la lâcheté, de la bêtise ça c'est certain (je les entends bien se dire " ce que j'ai à faire est plus important, quelqu'un va s'arrêter, c'est sûr).
    C'est d'autant plus bizarre que l'on évoque en ce moment beaucoup d'élans de solidarité face aux évènements.
    Ma fille aînée a été agressée deux fois dans le RER et je suis très sensible à ton histoire : la première fois avec violence, des coups de pieds, un vol... Les gens sont sortis du wagon au premier arrêt alors que ma fille hurlait! La seconde fois, un type s'est frotté derrière elle alors que le RER était bondé et elle n'a pas imaginé un instant qu'il allait éjaculer sur elle. Au poste de gendarmerie, on nous a dit qu'on ne pouvait rien faire car il n'y avait pas eu attouchement!!! (nous avions conservé un jean et des papiers avec le sperme séché)C'était à l'époque où l'on parlait des femmes victimes d'agression dans les transports. Un jour, elle a vu une femme enceinte se faire agresser sans que personne ne bouge : elle est descendu et a prévenu les secours.
    Je suis encore plus en colère par les commentaires ignobles que tu as reçus. Il est inadmissible, injuste... de penser que tu as pu inventer, exagérer où je ne sais quoi encore.
    Sois forte, vide toi la tête et va de l'avant. Ne te laisse pas faiblir par cette soirée, tous ces imbéciles auraient gagné et tu vaut beaucoup mieux qu'eux.
    Continue à nous faire rêver, on t'aime fort.

    RépondreSupprimer
  59. Je pense que tu a bien fait de partager ton vécu sur ton blog ainsi les réactions sur les réseaux sociaux. Hélas la plupart des personnes tranquillement derrière leur écran réagissent encore plus mal que dans la vraie vie car ils se croient intouchable. Mais ça c'est leur problème et pas le tien. Si ils sont content comme ça et peuvent se regarder avec respect envers eux-mêmes dans une glace - écoute - ils n'ont rien à voir avec toi. Il vaut mieux savoir qu'ils existent pour pouvoir les éviter et s'en protéger. Prends bien soin de toi surtout !

    RépondreSupprimer
  60. Salut Julie,
    Je te suis sur Twitter mais je n'y vais que rarement, du coup j'ai appris un peu plus tard ce qui t'es arrivé, grâce à Homegwarts. Je suis vraiment nulle en tout ce qui concerne mots de réconforts, d'encouragements. Mais je voulais simplement te laisser ce petit commentaire de plus, juste pour te dire que j'ai lu ce qui t'es arrivé, je suis impressionnée par cette histoire, entre les réactions des gens assez ahurissantes, la réaction, l'attitude de cet homme dans la rue. A ta place beaucoup auraient eu le même comportement de panique, c'est facile de donner son avis derrière un écran mais se retrouver dans une situation pareille est une tout autre chose...
    Donc je te souhaite plein de courage, je te fais plein de bisous, et surtout j'espère que tu iras mieux !
    Pauline

    RépondreSupprimer
  61. Toujours aussi choquée et attristée, remontée même, en lisant ton histoire et les réactions qui ont suivi (positives comme négatives)... J'espère de tout cœur que tu iras mieux très vite ma belle, et que cette histoire ne sera bientôt plus qu'un très mauvais souvenir. Tu as eu du courage d'en parler, certes, mais ce qui est encore plus courageux, c'est de ne pas avoir craqué en lisant les commentaires de personnes malsaines et finies à la pisse (#sorrynotsorry).

    Malheureusement, ce qui t'es arrivé est presque "banal" aux yeux des gens, car se faire suivre "c'est rien". Mais au contraire, ton histoire, et celle de milliers d'autres personnes, prouve que SI, c'est quelque chose, et c'est même très grave. Tu as eu la chance de te faire récupérer par ce taxi, et tu as eu de la chance que tout ça n'aille pas plus loin...

    J'espère que tes mots feront réagir les gens, qu'il aidera à ouvrir les yeux sur ce qu'il se passe chaque jour, partout.

    De gros bisous ma belle, prends soin de toi, prends du temps pour toi surtout, et ne t'inquiète pas, bientôt tu pourras sortir à nouveau sans être autant angoissée (◡‿◡✿)

    RépondreSupprimer
  62. Ce genre d'expérience est personnelle et complètement traumatisante. Je fais partie des femmes qui étaient victimes et j'ai décidé de changer de camp. Je te conseille les cours de Amazon training à paris. Ils ont changé ma vie et je n'ai plus aucun soucis c'est incroyable. Ta réaction était déjà très efficace malgré l'intensité des émotions donc bravo. Sans te raconter toute ma vie qui est déjà bien sûr mon blog je te conseille de "vider le bagage emotionnel" de ce trauma pour ne pas créer un schéma article dessus. Moi cela m'a beaucoup aidé les séances de magnetisme et acupuncture. Aujourd'hui devenue moi même energetitienne je te dirai que tu peux mettre tour cela derrière toi mais que cela va prendre un peu de temps. On ne peut pas changer le monde mais on peut se changer soi même. J'espère que tu arrivera à retrouver la paix en toi. Olivia

    RépondreSupprimer
  63. Salut Julie. En te lisant, j'ai eu l'impression de lire un livre, une fiction.

    La réaction des automobilistes est juste pitoyable, rien qu'en lisant ton témoignage, ça me donne la nausée...

    Et puis une chose encore, qui m'énerve énormément, la fameuse phrase "Bah oui mais faut pas sortir la nuit hein"... Dans ce cas, on s'arrête de vivre et on reste chez soi toute sa vie, c'est la seule solution ? De très loin, je ne crois pas !

    Je pense que tu dois être très encore assez choquée et je te souhaite un énorme courage pour surmonter cette épreuve, car je te comprends à 200%, même si je suis un p'tit bonhomme comme on me le dit si bien, je suis aussi de nature paniqué...

    J'ai tout le temps l'impression d'être suivi le soir maintenant quand je rentre du lycée à 18:30, je suis jamais à l'aise.

    (Bon je m'arrête là car sinon mon commentaire sera plus long que ton article ^^)

    Encore une fois, courage et je t'envoi plein de bisous et de la force !

    Mohamed

    RépondreSupprimer
  64. je suis de tout coeur avec toi! ♥ Je ne sais pas comment le formuler, tout cela me met dans une colère incroyable! Comment des cons peuvent faire ça. Comment les gens peuvent ne rien faire pour venir en aide. Comment, Pourquoi... Je n' en sais rien et j'en suis triste... Je n' ai jamais vécu des moments aussi violents, mais j'ai connu les agressions verbales qui te donnent envie de te cacher dans un toru de souris par exemple. Et je connais des personnes qui ont vécu bine plus violent que moi, et ces personnes n'ont pas été aidé. Comment les gens peuvent changer de trottoirs alors que vous croisez quelqu'un avec la gorge en sang, par exemple. Cela me révolte. Ce monde de révolte... Continuons à nous serrez les coudes et à leur faire comprendre qu' il ne nous aurons pas, on est plus forts qu'eux!

    Bon rétablissement! ♥

    RépondreSupprimer
  65. Que dire à part que ton article m'a mit la boule au ventre, tu rencontres ce qui t'ai arrivé, j'ai l'impression de te voir dans cette situation.. Tu as un eu un grand courage ma belle Julie ! Le monde dans lequel nous vivons fait très peur mais heureusement qu'il y a de bonnes personnes !

    Bonne soirée ma belle <3

    RépondreSupprimer
  66. coucou ma belle, comme bien d'autres je t'ai laissé plusieurs messages de partout (jai pas le même nom partout hihi) mais à relire ton histoire surtout ici avec des détails en plus et narrée si posément, je reste toujours autant choquée par les réactions des haineux, les messages des gens, ce que les gens osent laisser franchir leurs lèvres. Je m'étonne toujours de la méchanceté profonde humaine, c'est ahurissant!
    Tu as très bien fait d'en parler, je ne me rendais pas compte qu'il y avait autant de forums où on pouvait témoigner. C'est dur de réagir mais ton témoignage nous prouve une fois encore qu'on doit être de bons humains et aider notre prochain. Tu ouvres les yeux de plusieurs personnes et c'est pour ça que je dis que tu fais très bien d'en parler. Je t'envoie encore un univers de câlins réconfortants et plein de belles images et sérénité. Que Dieu t'aide à t'en sortir. De gros bisous ma belle <3

    RépondreSupprimer
  67. Le viol et la violence commencent dès le non consentement. Tu lui as hurlé d'arrêter de te suivre et il a continué, et même si c'était uniquement pour te faire peur (d'après ce que tu en dis j'en doute fort) ça reste du HARCELEMENT.
    Alors rassure-toi : non tu n'exagère pas et oui ta peur et ta souffrance sont complètement légitimes et ceux qui ne peuvent pas comprendre ça, ne méritent pas ton attention, tu as entièrement raison.
    Tu semble faire face à tout ça de façon très mature et réfléchie et je t'en félicite (et tu devrais aussi t'en féliciter!). Certaines personnes ont besoin malheureusement de la vie et des problèmes des autres pour se sentir utiles (mais à qui? on ne sait pas), ce sont donc eux le plus à plaindre. Parce qu'une fois que tu te seras remise, tu reprendras ta belle vie pleine d'évènements plus fous les uns que les autres et pleine de responsabilités et les haters resteront bloqués dans leur bêtise incurable.
    Agis selon tes envies et tes besoins, si tu as sentie le besoin de le partager un maximum c'est qu'il le fallait pour ton bien-être, alors fais-le. Fonce, comme tu le fais toujours, on est tous là, tes amis, ta famille, ton copain, tes abonné(e)s, et alors prends ton temps pour revenir sur la toile...

    Je te souhaite le meilleur Julie, et dis toi qu'avec ta nouvelle super baguette, tu pourras te défendre avec ton patronus (et ça, ça claque) !

    De gigantesque bisous,

    Marie.

    RépondreSupprimer
  68. Je me demande comment des gens peuvent être rageux/haineux sur un sujet aussi grave.
    Je n'écris jamais de commentaire, mais voir que des gens semblent déçus car "tu ne t'es même pas fait violer" WOAH. Comment dire. J'ai honte pour eux, et je suis désolée pour toutes les victimes qui doivent subir leur manque d'empathie, d'humanité.
    Ce que tu as vécu est loin d'être normal (encore heureux). Je compatie totalement, même si ça ne m'est jamais arrivée (je touche du bois).
    Je suis plutôt du genre sereine, je n'ai pas peur de rentrer tard, seule en plein milieu de la nuit, et j'ai du mal à croire que l'Homme peut être aussi méchant, j'ai l'impression que ce genre de scénario n'existe que dans les films.
    Mais les témoignages comme les tiens me ramènent à la dure réalité.
    En plus du fou qui t'a suivi, j'accuse les voitures de ne pas s'être arrêtée! Où est passée l'entraide?
    Encore hier j'étais en voiture, j'ai vu une fille pleurer je me suis arrêtée, elle avait juste quelque chose dans l'oeil mais quand même on ne peut pas continuer son chemin.
    Alors oui je suis surement dans un monde de bisounours où j'aime croire que la vie est belle et que les Hommes sont bons mais je refuse de voir toute la méchanceté.
    Je suis désolée pour ce que tu as vécu, et je t'envoie plein d'ondes positives pour que tu te remettes au plus vite de ce traumatisme.
    Mais je suis contente qu'il n'ait pas eu l'occasion d'aller plus loin!

    Bon courage, des bisous de réconfort <3

    RépondreSupprimer
  69. Bonjour, voulez-vous participer à un jeu concours et tenter votre chance pour gagner une robe cérémonie de votre préférence comme cadeau Noël (TAUX GAGNANT : 5%)? Si oui, je vous invite de cliquer le lien https://goo.gl/4zse9X.

    RépondreSupprimer
  70. Coucou jolie Julie, bien que ça fasse maintenant plus d'une semaine que les faits se sont passés je voulais t'écrire un petit message. Lorsque j'ai lu ton histoire sur twitter j'étais en "voyage" scolaire dans à Paris, je revenais même d'un bar qui se trouvais dans le Marais. Et je me suis dis "si seulement je l'avais vu pour pouvoir l'aider". J'ai immédiatement raconté ça à des amis qui étaient tout aussi choqués que moi. Je n'ai jamais vécu quelque chose comme cela mais je n'imagine même pas la peur que tu as du avoir. C'est horrible. Et je crois que le pire est la réaction des automobilistes qui ne oscille pas un sourcil alors qu'ils voient que tu as besoin d'aide. Il en est de même pour les réactions sur twitter qui me donnent juste envie de vomir. Quelle bande d'abrutis. J'aimerais les voir à ta place, je pense qu'ils feraient moins les fous. Malheureusement tu garderas cet affreux souvenir pendant un moment, mais tu es forte. Alors j'espère que tout ira mieux pour toi! Je te fais pleins de bisous et pense fort à toi!

    ps : Je lance un Avada Kadavra à ce connard qui t'as suivi !


    theblondmane.wordpress.com

    RépondreSupprimer
  71. Hello July,

    Alors maintenant je comprends mieux tes snaps de la semaine. J'avoue que je n'avais pas lu ton article et je ne suis pas sur Twitter, Facebook ou autres, et j'ai moi-même eu une semaine difficile pour d'autres raisons donc loin des réseaux sociaux en tous genres. D'abord je suis vraiment désolée de ce qui t'es arrivée, même si ça ne sert pas à grand chose j'en suis bien consciente. Ensuite, je suis outrée par la réaction des gens. D'une part, les automobilistes qui ne se sont pas arrêtés. Après c'est aussi une réaction que je peux comprendre du fait que l'on voit, selon moi, de plus en plus de malades mentaux dans notre société et que les gens ont peur tout simplement et se replie sur eux-mêmes. Heureusement que ce dernier taxi a eu le courage de s'arrêter et de te prendre sous son aile afin de t'écarter du danger auquel tu courrais. Je ne comprends pas bien ta réaction ensuite de balancer de but en blanc sur Twitter ce qui venait de se passer, sans dosage ni réflexion. D'un côté au moins il n'y a pas de filtre, c'est ce que tu as ressenti au moment où tu l'as vécu et comme tu es bloggeuse, partager sur les réseaux sociaux doit être instinctif. Je ne sais pas si ça a été ton premier réflexe, il semblerait selon ton article, et je trouve ça assez grave en réalité de d'abord penser à relayer l'événement sur les réseaux plutôt que d'appeler directement un proche avant toute chose. Etre une blogueuse reconnue, lue et écoutée est bien sûr très important et tu te dois de partager le bon comme le mauvais, je comprends tout à fait ça. Cependant, avec l'expérience, je trouve ça malsain de poster son ressenti immédiat, sous le coup de l'impulsion, sans y accorder réflexion. Le message qui en ressort peut-être erroné, parce que écrit sous le coup de la peur, de la colère... Alors que quand on y prend le temps, les idées peuvent s'exprimer plus clairement pour un plus large public. Mais tu es authentique, ça fait partie de ta personnalité. Enfin, je suis extrêmement choquée et abasourdie par la réaction des Twittos, comment peut-on ne serait-ce qu'une seconde insinuer qu'il s'agit d'un scénario pour obtenir davantage d'abonnés, il faut tout de même avoir l'esprit tordu pour en arriver à ce jugement, et puis la virulence des propos et la gravité, certains semblent déçus qu'il n'y est pas eu d'agression ni de viol? WTF! Ce qui me désole encore plus c'est que ces abonnés Twitter sont sans aucun doute très jeunes, ce qui est d'autant plus grave puisqu'il s'agit de la future génération. De tels tweets ne devraient pas restés impunis. Heureusement il y a eu plus de soutien que de médisance. Ne te laisse pas détruire par un tel événement, sois plus forte sinon il aura gagné. "La peur est la chambre noire où le négatif se développe", alors même s'il est normal en tant qu'humain d'avoir peur, ne la laisse surtout pas guider ta vie. Prends soin de toi ma belle, remets-toi bien de toutes ces émotions par lesquels tu es passée et merci de partager tout ça sur ton blog.

    RépondreSupprimer
  72. Je ne comprend pas les gens.
    Je vis à Montpellier, en plein centre ville et je me suis toujours sentie en sécurité pour rentrée chez moi tard le soir jusqu'à ce qu'un homme me suive jusqu'au pied de mon immeuble.
    Je comprend pas comment les gens peuvent t'accuser comme ça sur Twitter, et surtout les filles, comme si elles n'étaient pas au courant que ça pouvait arriver alors qu'on s'attendrait à un minimum de solidarité quand on sait que ce n'est malheureusement pas rare...
    Et surtout les gens dans la rue, qui ne se sont même pas inquiété de ton état ou de ce qu'il pourrait arriver, ils préfèrent baisser les yeux et continuer leur chemin pour plus tard dire à quel point c'est dramatique et déplorer que personne n'ai agit.
    Surtout ne t'en fait pas, prends soin de toi et ne te laisse pas abatte par tous ces idiots.

    RépondreSupprimer

Je lis chacun (oui oui) de vos commentaires avec un immense plaisir, merci ! ♡ J'essaye de toujours répondre dés que je trouve un peu de temps. Dans tous les cas, je les lis tous, merci à vous ! :) ♡

Instagram c'est cool aussi!

© JULINFINITY | BLOG MODE & SNEAKERS À PARIS, LIFESTYLE, BONNES ADRESSES. Design by MangoBlogs.