La minute survie : la fête des pères, sans père

41


Nous sommes dimanche 15 juin, et la fête des pères, il parait que c'est aujourd'hui. Les statuts sur Facebook vont défiler, des photos aussi! Des messages d'amour, si jolis, des "papa tu es mon héro".. BIM dans nos faces, à nous, qui n'avons personne à qui le souhaiter aujourd'hui. Attention hein, je suis malgré tout contente pour toutes ces personnes bien entourées, j'ai toujours trouvé les vraies relations père-enfant magnifiques. Enfin bref, j'appréhendais un peu ce dimanche, vous savez, vous avez l'impression d'être un peu à côté de la plaque, vous ne savez pas trop si vous devez sourire ou pleurer, moi je crois qu'il faut en rire. Je ne vais pas vous raconter toute ma vie, ce serait long, et pas forcément joyeux, mais juste une partie, pour que vous puissiez un peu situer! Ce sera assez long, mais avant d'en arriver au vif de l'article, je dois vous donner le contexte. Et je n'ai absolument pas honte de vous en parler, il n'y a pas de raison!



Je fais partie du gang des "sans papa" (oui je viens de l'inventer haha j'ai le droit), depuis l'âge de 6 ans je crois, il a simplement déserté après s'être séparé de ma mère,  et n'a jamais voulu revoir ses enfants. Quand certains pères n'ont pas le droit de revoir leurs enfants, qu'ils en souffrent, que d'autres meurent sans avoir pu leur dire au revoir, le mien a préféré se tailler. Sympa! Dix ans plus tard, nous avons emménagé dans la ville où je suis née. Je me suis fais des amis. Et un jour alors que je discutais avec l'un d'eux, on se met à parler de nos noms de famille. Je lui dis alors le mien, et là, les yeux écarquillés (comme dans les films genre "WHAT?"), il me dit "ton père s'appelle Patrick...?", je lui réponds que oui, et c'est là que j'apprends que c'est son beau-père. Hahahaha j'en rigolerais presque aujourd'hui! Je vous laisse imaginer le choc à l'époque! Et j'apprends donc que mon père vit ici, et qu'il dit à sa nouvelle 'famille" refuser de nous voir "parce que ça ferait des problèmes". Sympa le mensonge! Quand on sait que ma mère a toujours voulu qu'il nous voit, partage des moments avec nous. La vérité c'est qu'il a refusé de s'occuper de ses filles le jour où il a dû verser une aide financière à ma mère, ce qui est pourtant normal, non? Je n'ai jamais eu droit à un "joyeux anniversaire", à un "joyeux Noël", à un "ma fille j'espère que tu vas bien", nan, il a tracé l'enfoiré. J'apprends donc que mon père vit là, et qu'il nous renie officiellement en inventant des histoires ridicules

Et puis, un jour je me balade, et parce que la vie est bien faite, forcément je le croise. Il me dévisage, et m'ignore, et moi je reste là, pétrifiée, j'ai honte de ne pas lui avoir couru après, de ne pas lui avoir gueulé tout ce que je ressentais, "pourquoi?". Puis je me persuade qu'il ne m'a tout simplement pas reconnu, jusqu’au jour où mon ami m'explique qu'en rentrant "Patrick était très énervé, il a dit t'avoir croisé et qu'il ne veut rien avoir à faire avec ses filles, puis il m'a interdit de te parler lorsque je lui ai expliqué que tu étais une copine". L'adolescente que j'étais a eu énormément de mal à encaisser. Et forcément, on s'est croisés encore quelques fois, des fois il était accompagné de sa copine (la mère de mon ami), et il me lançait encore ce regard froid, voire menaçant. Comme si j'étais une étrangère. Et j'avais peur, peur qu'il me jette. Jusqu'à mes 21 ans. Dernier été avant que je déménage à Clermont-Ferrand, donc en août dernier. Je me suis jurée d'au-moins lui dire ce que je ressentais, pour partir l'esprit léger et le coeur moins lourd. 

J'ai fini par savoir où il habitait et un jour alors qu'il me croise à Leclerc et m'évite, je décide de le suivre, accompagnée de G. qui m'a donné le courage qu'il me manquait. J'arrive à sa résidence, et forcément, lorsque je rentre, lui sort les poubelles (le karma je vous dis!). Le coeur battant la chamade, les nerfs à vifs, les larmes hésitantes, tellement de mots que je n'ai jamais pu lui claquer, je lui lance "bonjour non?", et il me rétorque "tu veux quoi?". J'espérais autre chose. Je vous passe les détails, disons simplement qu'après que je lui ai demandé des explications et qu'il me fasse comprendre qu'il s'en tamponne, il m'a presque agressé, parce que je lui ai dit à quel point il devrait avoir honte de croiser ses filles et de ne pas les calculer, que ma petite sœur de 15 ans a à peine connu son père, le croise dans la rue et ne comprend pas, à quel point il était horrible, et à quel point il était incroyable que ce soit moi qui fasse le premier pas et lui donne une chance. La phrase qui m'a marqué restera "vous dire bonjour pourquoi? Ça sert à quoi? J'ai rien à vous dire". Il a fini par s'enfuir en fermant la porte du bâtiment derrière lui. Bon bah, on saura au moins que je tiens mon courage de ma mère hein! Cela m'a fait beaucoup de mal, je ne vais pas vous mentir, mais finalement je sais au moins à quoi m'en tenir, je suis fixée, et je peux avancer.

Je fais donc partie des ces gens, très nombreux, qui n'ont pas de père. Heureusement pour moi, j'ai eu un beau-père extraordinaire pendant longtemps. Il m'a vu grandir, et c'est sûrement grâce à lui que j'ai de superbes souvenirs de mon enfance et de mon adolescence. Je ne le voyais pas tous les jours, mais ça me suffisait. Un homme superbe, que j'aime de tout mon coeur, et avec qui je tiens à garder le contact même si la route qu'il empruntait avec ma mère est arrivée à sa fin. J'ai évidemment avant tout une mère exceptionnelle qui a su remplir à la fois le rôle de maman et celui de papa. Même si aujourd'hui la vie fait que j'avance seule, je sais que je lui dois énormément, et qu'elle a de quoi être fière à vie. Enfin bref, je vous ai parlé de "rire" tout à l'heure, et là on est à deux doigts de sortir les violons et les mouchoirs! Aujourd'hui, en soutien à tout ces gens qui comme moi ne souhaiteront de "bonne fête" à personne, parce qu'il n'est plus là, peu importe pourquoi, j'ai décidé d'écrire un nouvel article de survie. Comment survivre à la fête des pères quand on n'a pas de père? Et bien tout simplement en positivant! Alors, quels sont les points cool de cette situation pourtant pas si drôle?? Je vous donne la réponse en 10 points, avec une bonne dose d'humour , en espérant vous donner le smile par la même occasion! 

Transition avec un gif qui n'a rien à voir mais qui me tue! 


1. Déjà, on a le droit de rebaptiser la fête des pères par ce qu'on veut ! Et si on buvait à notre propre fête tiens? À la vôtre les gars!





2. On a aussi éventuellement le droit de passer cette journée avec un bon pot de glace sous la couette! Allez, je vous l'autorise!





3. On a eu le droit de s'inventer un père imaginaire trop stylé et de se la raconter à l'école. Le mien c'était Batman, d'ailleurs c'est moi sur la photo. Et oui, j'ai un peu bronzée entre temps.




4. Plus jeunes, on ne devait pas passer par deux avis pour avoir la permission de sortir! Et pas de double punitions haha! Quoique, une maman ça a d'office un Bac +5 en stratégie en punition.. donc bon!




5. Pas besoin de se ruiner pour la fête des pères, ni de courir partout à la recherche d'une idée de cadeau! Zen!




6. On peut citer du Booba avec classe: "élevée par une lionne, pas eu besoin d'un paternel"! On a même le droit de faire des signes de gang en même temps!
C'est pas la classe ça? Yo!




7. On a une mère (ou une tata, ou autre) carrément 1000-en-1! Un genre de mix entre Wonder woman (imbattable et exterminatrice d'araignées, de cauchemars, et de monstres cachés sous le lit), Bob le Bricoleur (c'est limite si elle a pas construit la maison avec ses petites mains), une Nounou d'enfer (parce qu'elle est stylée tout en s'occupant de tout), le Père-Noël (manque que la barbe) et Godzilla (quand on fait des conneries)! Et ça, c'est la classe! 

Je n'ai pas besoin d'un homme

8. Le squattage intempestif de la télé en jour de match de foot, ou de la console? 
Trop peu pour nous (à moins d'avoir eu un frère haha)!



9. Le jour tant redouté de la présentation de notre copain fait déjà moins peur! Plus qu'à convaincre maman que son "bébé" est entre de bonnes mains..... Haha



10. On a le droit de mettre des coups de pieds dans les chevilles (parce que ça fait super mal) à ces personnes qui crachent sur leur père parce qu'il ne leur a pas offert je ne sais quelle babiole, et qui ne se rendent pas compte de la chance qu'elles ont. Oh que oui! 


- - - - - - - - - - - 

La vérité c'est que ce n'est jamais super fun de ne pas avoir de père. Et que cet article n'est pas ultra drôle, voire pas trop. Mais je tenais à vous faire passer un message important: on peut tirer du positif de chaque situation. Dans mon cas, écrire cet article m'a tout simplement poussé à développer une pensée positive, et j'espère vous la transmettre. Vous savez, on peut très bien vivre sans père, on peut se forger et trouver nos repères ailleurs, on peut avancer et devenir quelqu'un de fort et de bien sans cette personne, croyez-moi. Vous aurez toujours quelqu'un pour vous prouver que vous n'êtes pas seuls, et je pense que même si au départ cette situation ressemble à un handicap, c'est en fait ce qui fait de nous des personnes encore plus fortes. Il y aura toujours des petits moment de baisse de moral, des fois où on enviera peut-être certaines situations, des fois où encaisser sera difficile, c'est normal, mais ça finira toujours par aller! J'en suis certaine! Si vous avez un papa présent, pas forcément parfait, mais un minimum présent, n'oubliez jamais que la vie est courte et que vivre avec des regrets détruit une vie, alors n'oubliez pas de profiter, de pardonner, ou d'au moins partager avec lui ce que vous ressentez. J'ai eu du mal à rédiger cet article, mais il me tenait énormément à coeur, j'y songeais depuis plusieurs semaines, et j'avais besoin de l'écrire. Je sais qu'il n'est pas trèèès ensoleillé, mais l'essentiel c'est ce message de fin, vraiment. Je le répète, le positif est partout, certes parfois un peu caché, il suffit de bien chercher! 
Je souhaite une bonne fête des pères à tous ceux qui aiment, chérissent, et protègent leurs enfants, à ceux qui assument leur rôle et le remplissent à merveille. Je trouve ça réellement beau! Et puis bonne fête à tout le monde, love love love et (re) love! 



         

41 commentaires

  1. Oh team sans papa :D Coupine ♥ J'ai aussi fait un article sur mon blog là dessus...
    Bonne fête des papa quand même Julie !

    Romy
    http://linconstance.blogspot.fr

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, je suis allée le voir juste après ton commentaire, et je t'en ai laissé un d'ailleurs! J'ai adoré!
      Youhou vive notre team (haha), et bonne fête des papas quand même à toi aussi!

      Supprimer
  2. je trouve cela très émouvant comme billet, je suis touché car chacun et chacune qui ont un père devraient penser à la frustration que certaines personnes ont à l 'occasion de cette "fête des pères"
    Merci Julie pour ce joli billet!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis d'accord avec Arnaud ! (Moi ça me fait vraiment prendre conscience que bordel, j'ai trop de chance).
      Pis Doud, pas de papa... mais un super chéri, une sœur en or, une maman qui déboite et un million de potes (irl ou cybercopains), alors franchement, tu peux remastériser la fête des papas en fête des gens que tu aimes ;)

      Supprimer
    2. Je suis contente que vous compreniez le message! <3
      Merci à vous, et oui tu as raison Albz! <3

      Supprimer
  3. Beau billet :) j'ai toujours mon père avec moi même s'il rentrait tard le soir, qu'on le voyait peu. On a pas une "belle" relation (pour des raisons que je ne dirai pas ici) c'est très dur pour l'un comme pour l'autre d'être proche. ça me rend un peu triste j'ai souvent envie d'être plus proche parce que je me dis qu'un jour il ne sera plus là et que je pourrai pour le coup plus rien faire avec lui ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci! J'espère que vous vous trouverez du temps, la vie passe si vite!
      <3

      Supprimer
  4. J'ai voulu en rédiger un aussi, pas dans le même style, mais sur le même thème du moins. Mais je n'ai pas eu le courage. Demain, ça fera 13 ans qu'il a quitté ce monde. Ton article m'a fait du bien, finalement, je vois que malgré tout, on peut toujours tirer du positif et garder le sourire même quand tout, ce jour là, nous rappelle qu'il n'est plus là.
    Je ne savais pas qu'on avait ça en commun aussi, finalement, on partage pas mal de choses toi et moi.

    Courage aujourd'hui, et merci pour cet article.

    :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis contente s'il t'a fait du bien, vraiment! <3
      Pas facile d'écrire à ce sujet, j'imagine que ça ne doit vraiment pas être facile.. <3
      Et oui, toi et moi on en partage des choses!
      Et n'oublie jamais que tu n'es pas seule!
      <3

      Supprimer
  5. Cet article m'a donné des frissons et les larmes aux yeux :) ! Très beau message d'espoir et de courage. pour ma part, j'ai la chance inouï d'avoir un Papa génial qui c'est toujours très bien occupé de moi et surtout m'a toujours aimé. Je voudrais parfois pouvoir le prêter un peu :). ça n'a vraiment pas du être facile pour toi tout les jours, et je ne dis pas ça que part rapport à ton père, mais tu es la preuve vivante que tout le monde peut s'en sortir quand on le veux et quand on y croit. Je me dis que cet homme n'aura jamais la chance de connaître l’incroyable et magnifique jeune femme que tu es (et cela pas grâce à lui), et surtout, un jour, si tu décides d'avoir des enfants, je me dis que ce seront sans doutes les plus heureux et aimé du monde :). Merci et Bravo pour cet article qui peut toucher n'importe qui, même les personnes qui ne sont pas directement concerné par le contenue. Continue à être qui tu es, tu peut être fière de toi Julie :).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, ton message m'a tellement touché, merci encore! <3
      Tes mots sont justes, et je ne les oublierai pas!

      Supprimer
  6. Whaou quel article touchant ! Quel courage !!!

    Bravo miss <3

    RépondreSupprimer
  7. Cet article me plait énormément, c'est hyper touchant <3

    RépondreSupprimer
  8. Bonsoir Julie,

    Je découvre que toi aussi tu as grandi avec un papa absent. Je me sens moins seule et je te comprend tellement.
    Il y a tant de papas qui se battent pour voir et s'occuper de leurs enfants que je ne comprend pas ceux qui les ignore.

    On va de l'avant et on fonce dans la vie!
    J'ai aussi écris un article sur le sujet ce soir ;-)
    Des bises <3

    Mamandine

    http://mamandineleblog.wordpress.com/2014/06/15/avant-javais-un-papa/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai adoré ton article, il m'a donné des frissons, je te comprends tellement! <3
      Et c'est clair, il faut avancer!!!

      Supprimer
  9. Mon fils vient de passer sa 1ere fête des pères... sans père... j'espère simplement qu'il prendra autant de recul que toi dans quelques années... tu rassures mes inquiétudes de maman :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis ravie de te rassurer! Il se posera des questions, mais il n'oubliera jamais que toi tu as toujours été là, et ce sera sa force! <3

      Supprimer
  10. Mon père a refais sa vie également, je le vois deux fois par an, pour la date fatidique de son anniversaire et quelques jours avant Noel. C'est presque plus douloureux que de n'avoir aucun contact avec lui, sa compagne à deux filles quasiment du même âge que moi, de le voir s'occuper d'elles, les anecdotes de leur voyages, la conduite accompagné qu'il passe avec la plus jeune, la complicité qui les unis. Alors qu'il se cantonne uniquement au superficiel avec ses "vrai" enfants. Enfin bref, je pense que tu a raison on vie bien mieux sans père si il n'est même pas capable de voir à qu'elle point on est des filles génial! Et ça ne nous rendra que plus forte au final. Je repasserais sur ton blog, et bonne fète des pères à toutes les mamans. :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'imagine à quel point ça doit être douloureux, je te comprends entièrement..!
      Et oui, faut positiver, c'est lui qui regrettera un jour! Pas nous!!!

      Supprimer
  11. Tu as eu raison d'écrire pour partager ton histoire, même si ce n'est pas simple. C'est une belle initiative et tu as eu du courage de le faire.
    Je trouve cela touchant et je partage ta douleur, cependant tu as tout à fait raison de vouloir rester positive et de continuer de voir en chaque situation ce qu'elle peut avoir de bon à t'offrir :)
    J'ai adoré ta partie illustrée car je pense qu'effectivement on ne se sort des situations difficiles que lorsqu'on finit par prendre assez de recul dessus pour être capable d'en rire même quand le fond du problème est (très) triste.
    Et le gif du chat m'a fait mourir de rire...
    Bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as entièrement cerné ma démarche, et ça fait vraiment plaisir!!
      T'as vuuuu le gif du chat est trop marrant hahahaha!
      Des bisous Artemis! <3

      Supprimer
  12. Pour les mamans qui s'interrogent sur les ressentis de enfant sans un des parents ou les deux l lors des a fêtes des mères/pères (en l'occurrence) je peux apporter mon témoignage : ce ne sont pas les fêtes ni tout ce qu'on voit venir qui qui faisaient mal mais tout d'abord le manque l'absence. cette absence est intégrée totalement au bout d'un temps. Et c'est quand qqchose nous la rappelle de façon inattendu que ça fait mal. C'est là qu'on reprend conscience de l'absence/la perte. ça peut être une mère d'une copine qui la caline devant toi l'embrasse gentiment, lui parle que sais je. des petits moments de fulgurance ou tu vois ce qui aurait pu être. on se construit avec ça. et c'est aussi un richesse plus tard. Une force : on sait en tant qu'adulte qu'on peut surmonter bien des choses ;-).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est ça, des petites situations anodines qui pourtant te mettent des baffes et te rappelle à quel point ça peut faire mal! Ça arrive, et ça arrivera encore, mais c'est clair, c'est aussi une force!
      <3

      Supprimer
  13. Aha !
    Tu m'as vraiment émue aux larmes !
    Moi je fais a moitié partie de la team des Sans-Papa !
    Mon père est là, je le connais, il me connait, on se parle.. Enfin on se parle.. Disons qu'il habite en Australie et qu'il refuse de me voir en dehors de deux a trois jours par an.
    Ca fait mal.
    Mais je fais comme toi j'essaie de voir le bon coté des choses :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Héhé l'écrire m'a aussi beaucoup ému!
      Hmm pas facile j'imagine... Il faut rester forte, tu as raison de voir le bon côté des choses!! <3

      Supprimer
  14. Très émouvant ton article et même révoltant à certains moments. je ne connais pas cette situation, mais étant entourée de personnes sans-papa je sais que j'ai de la chance et qu'il faut que j'en profite un maximum et du coup je suis du genre à tacler les personnes se plaignant de leurs parents aussi. C'est bien que tu arrives à tirer du positif et à en faire une force : ) Des bisous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est clair, ça a quelque chose de révoltant, d'intérieur comme d'extérieur, parce que finalement on ne peut rien faire! C'est clair, profites-en à fond, et continue de tacler ces gens qui ne se rendent jamais compte de leur chance!! :P
      Des bisous!!

      Supprimer
  15. Wow.. ton histoire est vraiment touchante, pour tout te dire j'ai les larmes aux yeux ! Je n'arrive pas à croire que certaines personnes puissent être si horribles.. c'est toujours un choc de lire une histoire comme ça.. En tout cas, tu es très courageuse, et franchement ta philosophie l'est encore plus lorsque l'on lis ton histoire ! Bravo ! Pleins de bisous :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et pourtant, ça existe... Moi-même des fois j'ai du mal à y croire tu sais!
      Merci Vivalie pour ces mots qui font du bien, des bisous!!! <3

      Supprimer
  16. Super article ! ça a pas du être facile à vivre pour toi :( j'admire ton courage car moi je crois que j'aurais péter un câble dans les situations que tu as vécu
    bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a des fois où j'en ai pété des câbles, humainement c'est presque impossible de rester de marbre je crois... Mais au bout d'un moment on s'y fait, et on choisit d'avancer avec le sourire! :D
      <3

      Supprimer
  17. Comme Ta dis on a déjà maman , et ça nous suffit largement <3
    #M

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ohhhh sans ton texto j'étais pas certaine que ce soit bien ma petite sœur d'amour qui ai laissé un commentaire sur mon blog héhé!
      Tu as raison ma Titilde, et de lire ça, ça me donne encore plus de force!
      <3

      Supprimer
  18. Facile de porter un jugement lorsque l'on a qu'une moitié de l'histoire.
    Que sait tu réellement de lui, de ce qu'il a vécu, de ses souffrances, de "ses" raisons pour lesquelles vous vous êtes retrouvés séparés et non pas la seule version maternelle ?
    Mon père a disparu de ma vie lorsque j'avais 8 ans comme le tiens. Je l'ai haï de cet abandon pendant des années et il faudra que je me sépare a mon tour et perde mes enfants trente ans plus tard pour prendre conscience de ce qu'il avait subit, commencer a comprendre son comportement et me rendre compte que la vérité n'est pas toujours celle qu'une seule partie nous serine pendant des années a diaboliser l'autre partie absente.
    Trop tard, malheureusement. Il était décédé quelques années auparavant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si je me permets d'écrire tout ça, c'est que je ne m'appuie pas seulement sur la "version maternelle". Comme tu le dis si bien, Anonyme, "facile de porter un jugement lorsque l'on a qu'une moitié de l'histoire". Je n'ai pas forcément inscrit TOUS les détails, ce serait extrêmement long, mais je sais et j'ai vu l'essentiel. Puis de lui-même il a confirmé ce qu'il aurait pu simplement déjouer, c'est suffisant.
      Je comprends ta situation, et effectivement ce n'est pas facile, je le conçois, mais ce n'est pas pour autant qu'il faut en faire une généralité. Toute personne n'a pas besoin de vivre quelque chose d'horrible pour refuser d'assumer ses responsabilités, je pense.
      Puis faire subir ça à ses enfants, peu importe ce qu'il a pu vivre, nous n'avons rien à voir là-dedans, et c'est simplement inconcevable. C'est de la lâcheté, et vu son tempérament, ça ne m'a jamais trop étonné, il a toujours cherché à fuir son rôle de père, même lorsqu'il était encore avec ma mère. Je ne vais pas pas détailler, mais sache, avant de me soupçonner de ne pas savoir de quoi je parle, que je sais justement parfaitement de quoi et de qui je parle.
      Prends bien soin de toi, Anonyme.
      <3

      Supprimer
  19. Gang des sans papas, ça me plait beaucoup ;) Bon bah moi je fait partie de la team ahah! La période de la fête des pères je suis exécrable, mais bon mes proches me le pardonnent. Franchement Julie, ( ton prénom c'est mon deuxième prénom ahah ) JE T'AIME.Je me retrouve tellement en toi, en tes articles " comment survivre" et cet article, ça me libère tellement tu n'imagines pas! En fait, je pense que la fête des pères de l'année 2016 sera beauuuuuuucouuuuuuup mieux grâce à toi. MERCI.

    RépondreSupprimer
  20. Clairement Discrète17 octobre 2016 à 20:04

    Salut, je viens de découvrir ton blog (enfin il y a quelques heures) et je me suis enfilé je ne sais pas combien de tes articles... ^^
    C'est fou comme c'est agréable, de se rendre compte que d'autres personnes sont dans la même situation que soi (même si c'est pas du tout la période de la fête des père). Ton article m'a fait tellement de bien et je pense que l'année prochaine ça sera moins difficile.
    ET je suis ravie d'avoir découvert ton blog :)

    RépondreSupprimer
  21. Putain.. Je viens de tomber sur ton article et comme je te comprends. Je fais aussi partie du gang sans papa et c'est exactement comme toi. Après s'être séparé de ma mère, mon père n'a pas cherché à nous voir avec ma soeur et pareil pourtant on habitait dans la même ville, et quand il nous croisait, il nous ignorait totalement! Jamais un anniversaire (il ne sait même pas notre date de naissance, ni notre âge) ni un noel ou quoi que ce soit. J'ai de la chance de m'être dit très rapidement que je n'avais pas besoin de cette personne, du coup ça a été pour moi, mais je peux pas en dire autant de ma petite soeur qui a eu plus de mal à l'accepter. En tout cas bravo, c'est très courageux d'avoir été lui parler et mettre les choses aux clairs ! Tu as bien fait ! J'espère sincèrement que c'est une histoire loin derrière toi maintenant et que tu es heureuse car tu le mérites ! Passe une belle soirée ! Plein de bisous ! <3
    Ps : je suis bien d'accord avec toi pour les 10 points ! :)

    RépondreSupprimer
  22. Oh ton article m'a touché et je suis désolée que tu n'aies pas connu ton père... Le mien est présent et me manque beaucoup. Tes mots sont tellement justes, je me reconnais dans quelques uns de tes articles. Certains articles me serrent le cœur. Merci pour tes mots, je suis contente de t'avoir connu grâce à Internet et c'est cool de discuter un peu avec toi sur Twitter et de t'envoyer des gifs hérissons parce que tu les aime ♡ Tu es une fille vraiment cool, ne change rien ! Alice

    RépondreSupprimer

Je lis chacun (oui oui) de vos commentaires avec un immense plaisir, merci ! ♡ J'essaye de toujours répondre dés que je trouve un peu de temps. Dans tous les cas, je les lis tous, merci à vous ! :) ♡

Instagram c'est cool aussi!

© JULINFINITY | BLOG MODE & SNEAKERS À PARIS, LIFESTYLE, BONNES ADRESSES. Design by MangoBlogs.